CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

01 mars 07

28 décembre 1879 - Tay Rail Bridge

Presse

CATASTROPHE EN ECOSSE

Dundee, 28 décembre.

Un peu après sept heures, une partie du pont du chemin de fer sur la Tay a été renversée par un coup de vent terrible, au moment du passage d'un train venant d'Edimbourg. Le vent était si violent que les bateaux à vapeur n'ont pu arriver sur le théâtre de la catastrophe. Plusieurs sacs de dépêches ont été rejetés sur la rive à quatre milles de distance du pont. Toutes les personnes qui étaient dans le train sont certainement noyées. Le nombre en est évalué de 150 à 200. Le maire de Dundee et d'autres notables sont partis sur un steamer pour aller porter secours, ils ne sont pas encore revenus. A la station du pont de la Taye, le spectacle est navrant. Le Petit Journal - 31 décembre 1879

***

LA CATASTROPHE DU PONT SUR LA TAY

Dans la soirée de dimanche, un véritable ouragan s'est déchaîné sur Dundee et a fait rage toute la nuit. Une partie du pont du chemin de fer, sur la Tay, s'est effondrée au moment du passage du train venant d'Edimbourg, qui arrive à 7 h. 15. On croit que le train est tout entier dans l'eau.

La force de la tempête a empêché un bateau à vapeur d'arriver jusqu'au pont. Le train était signalé, comme c'est la règle, depuis Fife, comme étant entré  sur le pont à sept heures quatorze minutes. On l'a vu s'y engager et y marcher pendant un moment et puis tout à coup on a remarqua une grande flamme, comme lorsqu'une explosion se produit.

Les témoins de l'accident ont prévenu immédiatement à la station du pont de Tay à Dundee, le chef de station qui s'est mis immédiatement en communication avec l'homme chargé des signaux à l'extrémité nord du pont. Mais en essayant de le faire, il s'est convaincu que les fils télégraphiques du pont étaient coupés.
M. Smith, le chef de station, et M. Roberts, inspecteur des machines, résolurent alors, malgré la tempête de se rendre au pont et de s'y engager par l'extrémité nord, pour pousser leur examen aussi loin que possible, afin de se rendre compte de toute l'étendue du désastre. Ils ont pu en parcourir ainsi une distance relativement considérable. La première chose qu'ils ont constatée, c'est la rupture d'une conduite d'eau posée sur le pont pour alimenter le village de Newport, à l'extrémité méridionale du pont, eau tirée des réservoirs de Dundee.

En avançant davantage, ils ont pu voir au clair de lune le feu rouge à l'autre extrémité du pont, ce qui leur a fait supposer que le train avait été arrêté avant de s'engager sur le pont, et rien ne faisant prévoir la catastrophe, on n'avait fait aucun signal pour empêcher le train d'avancer.

A Bought Ferry, A quatre milles du pont, plusieurs sacs de dépêches ont été rejetés sur le bord, ce qui prouve que le train s'est abîmé dans les flots. On ne peut pas avoir d'indication précise sur le nombre de voyageurs que l'on évalue diversement les uns à 150 et les autres à 200.

Le prévôt et une grande quantité de citoyens notables de Dundee sont partis à dix heures et demie sur un bateau à vapeur pour le lieu de l'accident, l'ouragan s'étant un peu calmé. A la station de Taybridge la scène est émouvante. Une foule de personnes venues au devant de quelque parent ou ami sont là, près du bâtiment de la station et l'on voit des hommes robustes pleurer à chaudes larmes la mort cruelle de leurs proches si subitement enlevés; tous donnent des marques de désespoir, et ce concert de douleurs constitue un spectacle navrant.

Au mots d'octobre 1877, tandis que le pont était en construction, une des traverses fut enlevée par un coup de vent semblable à celui d'aujourd'hui, mais cette fois il n'y eut à déplorer que la perte d'un des ouvriers,
Le pont de la Tay a été livré à la circulation le 20 octobre 1878. Il avait été construit sur las plans de sir Thomas Bouch, ingénieur civil.

Le Figaro - 30 décembre 1879

Images

tay_bridge_loco







Liens

Wikipedia
Dundee City Council
Des ponts et des timbres

Posté par Ichtos à 00:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire