CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

21 janv. 09

Les actualités du 21 janvier 1909

090121traffic

MANIFESTATION EN AUTOMOBILES SUR LES GRANDS BOULEVARDS

Les Parisiens ont eu, hier, la primeur d'une manifestation originale organisée en faveur du chauffeur Girard, condamné, comme on sait, à un an de prison, pour avoir, le 15 juillet 1907, frappé M. Kien, commissaire de police. Or, nous l'avons déjà dit, avant comme après la confirmation du jugement par la cour d'appel, M. Girard n'a cessé de protester de son innocence. Le comité de Défense sociale, constitué au lendemain des incidents de Draveil-Vigneux, a pris sa cause en main et plusieurs meetings ont été tenus en faveur du condamné.

Hier, d'accord avec la chambre syndicale des cochers et chauffeurs, le comité de Défense sociale avait organisé une nouvelle manifestation. Dans une vingtaine de taxis-autos, mobilisés à cet effet, avaient pris place des militants syndicalistes, tenant, en mains d'immenses pancartes jaunes et vertes sur lesquelles se détachaient ces mots : Affaire Girard-Jacquart — une infamie judiciaire.

Le quai des Tuileries avait été choisi comme point de concentration et le secret de la manifestation avait été si bien gardé que, un peu avant deux heures de l'après-midi, M Touny, directeur de la police municipale, venant des Champs-Elysées, passa en voiture près des taxis en stationnement et ne parut point se douter de ce qui se tramait. Sur un signal, les autos se rejoignaient à l'entrée de la place de la Concorde, qu'elles traversaient en colonne, pour arriver jusqu'à la Madeleine après avoir remonté la rue Royale.

Les agents, surpris par ce défilé, mais n'ayant pas d'instructions, laissèrent passer les manifestants qui, de leurs voitures, distribuaient aux passants des imprimés relatant les phases du procès Girard-Jacquart.

Les gens se précipitaient au-devant des taxis pour recueillir ces documents, tirés à des milliers d'exemplaires. On vit des conducteurs d'omnibus arrêter leurs véhicules et, sur la demande des voyageurs, venir réclamer des paquets d'imprimés, qu'ils répartissaient a l'intérieur et sur l'impériale. Il n'est pas jusqu'aux gardiens de la paix qui, eux aussi, cédèrent à la curiosité et se laissèrent aller à prendre connaissance de l'appel à l'opinion publique.

Place de l'Opéra, la colonne se trouva un instant coupée, mais ta tête ayant ralenti sa marche le groupe se retrouva bientôt constitué et sans encombre défila jus-qu'à la place de la République. Les autos purent même revenir sur leurs pas et parvinrent jusqu'à la Madeleine. A l'aller comme au retour, les manifestants ont obtenu un vif succès de curiosité.

L'objectif des amis de Girard était d'arriver au Quartier Latin à la sortie des cours des facultés. Un certain nombre d'étudiants avaient, en effet, accepté de participer à ta manifestation en faveur du chauffeur Girard.

Mais, place de la Sorbonne, M. Fauvel, officier de paix, signifia aux syndicalistes les ordres qu'il avait reçus, leur déclara qu'il s'opposerait à une jonction avec les étudiants et les invita à faire demi-tour. La nuit commençait à tomber. La file des autos-taxis reprit, sans autre incident, le chemin de la rive droite, tout en achevant la distribution des formules de protestation contre la condamnation de Girard et de Jacquart.

Le Petit Parisien – 21 janvier 1909

EN BREF

La Barbichette - La préfecture de police vient de faire donner des instructions très sévères aux officiers de paix et commissaires de police de Paris pour dresser procès-verbal à tous les camelots qui vendraient sur la voie publique le nouveau « succès de l'année», qui représente Mattis tirant la barbe au président Fallières. Tous les colporteurs arrêtés seront ensuite envoyés au dépôt. Il s'agit d'un jouet mécanique qui a remporté un vrai succès sur le boulevard, où il se vend encore sous le manteau, la prohibition dont il est l'objet lui servant de publicité. La Presse – 21 janvier 1909

Incendie et explosions dans des chantiers — Nombreux morts et blessés - Chicago - 20 janvier Un incendie a éclate ce matin sur les chantiers d'adduction des eaux, à un moment où un grand nombre d'ouvriers travaillaient ; on croit que la plupart ont péri. Un remorqueur a ramené vingt-six blessés. Les travaux, ont pour objet d'amener de l'eau po table à Chicago en la faisant venir d'un point situé à un mille et demi du rivage du lac Michigan. On a retrouvé vingt cadavres. Un des tunnels, construit sous le fond du lac, a été fortement endommagé par l'explosion de poudres enflammées par l'incendie.Plusieurs ouvriers, surpris dans leur sommeil par l'incendie, durent se sauver en costumes-sommaires et quelques-uns, les vêtements en feu, furent jetés dans le lac, où ils se cramponnèrent à des glaçons jusqu'à ce que des embarcations vinssent les recueillir. La Presse – 21 janvier 1909

Posté par Ichtos à 10:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]
Tags : , ,