CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

22 janv. 09

Les actualités du 22 janvier 1909

090122sorbonne

Troubles à la Sorbonne – 104 manifestants arrêtés

Hier soir, à 5 heures, au moment de l'ouverture du cours de M. Thalamas, défenseurs et adversaires du professeur se trouvaient groupés dans la cour de la Sorbonne. Le président de la Fédération des étudiants républicains, M. Maurice Bloch donna le signal de la bataille. Où sont nos adversaires ? S'écria-t-il. Sa voix fut couverte par les huées et les sifflets du groupe des étudiants patriotes.

Une violente bagarre se produisit Les deux groupes se chargèrent a coups de canne avec une véritable fureur. La mêlée se prolongea pendant plusieurs minutes. Les amis de M. Thalamas s'efforçaient d'isoler quelques-uns de leurs adversaires et de les assommer.

M, Guy de Cassagnac, que sa haute taille désignait aux coups de ses adversaires, fut atteint à la tête par une canne plombée. Bientôt, le doyen de la Faculté des lettres fit appel à la police. Sur réquisition régulière, agents et gardes pénétrèrent dans la cour. Mais leur vigueur s'exerça contre les seuls adversaires de M. Thalamas qu'ils refoulèrent vers la rue de la Sorbonne. La, les cris de : « A bas Thalamas ! Vive Jeanne d'Arc ! » redoublant, de nombreuses arrestations furent opérées, notamment celle de MM. Paul et Guy de Cassagnac.

A ce moment arriva M. Pierre Biétry. député, accompagné de nombreux amis parvint avec peine à franchir les barrages d'agents ; mais M. Bouvier, commissaire divisionnaire, s'élança vers lui et, sans motif, le mit en état d'arrestation ainsi que MM. Gallia et Czulowski qui se trouvaient près de lui.

Pendant qu'on emportait plusieurs blessés dans les pharmacies voisines, les arrestations provoquèrent de nouvelle bagarres place de la Sorbonne entre la police et les antithalamistes. De nombreuses arrestations furent encore opérées par les agents qui repoussèrent les manifestants vers le boulevard Saint-Michel.

La police ayant dégagé tous les environs de la Sorbonne, les partisans de M. Thalamas sortirent du monument et pendant une heure environ parcoururent en toute sûreté la rue de la Sorbonne et la rue des Ecoles criant : « Vive Thalamas ! Vive Croiset ! ».

Mais quand ils voulurent, vers 7 heures, se grouper place de la Sorbonne pour entendre un discours de leur président, les étudiants patriotes rassemblés les délogèrent. La police intervint et dispersa finalement tous les manifestants.

Au poste de la place du Panthéon, 104 manifestants, tous antithalamistes, se trouvèrent réunis. Les interrogatoires durèrent de 6 heures à ll heures. M. le commissaire divisionnaire Bouvier dut reconnaître qu'il avait arrêté à tort M. Biétry ; il avait attribué au député de Brest un cri de : « A bas la République ! Vive le roi ! » proféré par un autre manifestant. A minuit, les manifestants arrêtés ont été mis en liberté. Quatre seulement, qui avaient un revolver dans leur poche ont été maintenus en état d'arrestation.

La Croix – 22 janvier 1909

EN BREF

Pour des danseuses - Marseille. — Les « Variety Girls », troupe de jeunes danseuses anglaises qui donne des représentations depuis quelques jours dans un établissement de genre de Marseille, se sont attiré de nombreux admirateurs. Deux d'entre eux, M. de Valéry, âgé de vingt-quatre ans, et M. Cou-tard, âgé de dix-sept ans, appartenant à de riches familles, s'étaient épris de deux danseuses et leur avaient offert de les épouser. Celles-ci ayant refusé, le chagrin des amoureux fut tel qu'ils résolurent de se tuer. M. de Valéry s'est tiré une balle de revolver en plein cœur à son domicile. Quant à M. Coutard, c'est dans la cellule d'un établissement pénitentiaire de Touraine, où sa famille l'avait envoyé pour le guérir de sa passion, quil s'est donné la mort après avoir écrit à sa mère une lettre où il lui faisait part de sa détermination. Le Figaro – 22 janvier 1909

Posté par Ichtos à 10:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]
Tags : , ,