CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

07 mars 09

Les actualités du 7 mars 1909

090307vermireaux

Mutinerie à la colonie pénitentiaire

Une mutinerie, qui n'a pas eu de suites graves, s'est produite, hier, a la colonie pénitentiaire des Vermireaux. Vingt-trois pensionnaires ont quitté la colonie et malgré le mauvais état des routes ont pris le chemin d'Avallon, situé à vingt-trois kilomètres. C'est en vain que les gendarmes lancés à la poursuite des fuyards, leur ont donné l'ordre de rebrousser chemin. Les mutins ont déclaré qu'ils se rendaient a Avallon pour s'y plaindre à M Gapais, sous-préfet.

Les gendarmes ont dû se contenter de les escorter pour les empêcher de commettre des déprédations dans les villages. Arrivés à Avallon, les vingt-trois pensionnaires se sont dirigés vers la sous-préfecture. M. Gapais les a aussitôt reçus, a pris note de leurs doléances et leur a dit qu'il se livrerait a l'enquête qu'ils sollicitaient. Le sous-préfet les a ensuite fait reconduire en voiture aux Vermireaux où ils ont immédiatement regagné les locaux disciplinaires.

La colonie pénitentiaire des Vermireaux, entreprise privée, fonctionne sous le contrôle de l'État. Elle comprend une ferme, possédant un domaine de 200 hectares. Les Vermireaux comptent actuellement quatre-vingts pensionnaires, jeunes gens de 12 à 21 ans. Le ministre de l'Intérieur y place des pupilles relevant du service pénitentiaire et l'Assistance publique y envoie les pupilles vicieux. La ferme n'est pas entourée de hauts murs et les pupilles travaillent en toute liberté. Seuls, les dortoirs sont verrouillés la nuit L'établissement est actuellement dirigé par Mme Gadon, veuve d'un ancien directeur.

Le Petit Parisien – 7 mars 1909


Latham échoue dans sa tentative de traversée de la manche

Ouverture de la quinzaine de Paris à Port-aviation

Café ou chicorée ?

Les_pr_voyants_de_l_Avenia

Le concours hippique

Fête fédérale de gymnastique à Angers

Une revolte de détenus à Gaillon


EN BREF

uk Un dock s'effondre à Liverpool – 14 morts - Un terrible accident, qui a causé la mort de quatorze personne, s'est produit, celle nuit, a Birkenhead, sur les bords de la rivière Mersey, en face de Liverpool, où l'on construit un nouveau dock. Ce travail, qui est poussé très activement, en raison de son urgence, occupe, nuit et jour, un certain nombre d'équipes d'ouvriers. Cette nuit, à minuit et demi, une de ces équipes travaillait à une profondeur d'environ treize mètres au-dessous du niveau de La rivière, quand soudain un barrage se rompit. L'eau, démolissant le dock en construction, ensevelit les malheureux ouvriers sous un amas énorme de terre et de matériaux, qui disparurent bientôt eux-mêmes sous les îlots. La violence de la poussée fut telle qu'une grue, d'une puissance et d'un poids considérables, fut entraînée comme un fétu de paille. Deux ou trois seulement des hommes qui travaillaient au fond du dock purent être sauvés. Le flot les avait en effet entraînés assez loin et malgré les blessures que leur avait causées la chute des matériaux — l'un d'eux a une jambe brisée — ils purent se maintenir a la surface. Quatorze autres furent noyés. Presque tous étaient mariés et pères de famille. L'un d'eux laisse neuf enfants.Toute tentative pour essayer de retrouver les cadavres des victimes a dû être abandonnée. Il va falloir remettre le dock complètement à sec. Le Petit Parisien – 7 mars 1909

Une corrida sur la neige - Comme ce matin en gare de Montataire on débarquait un bœuf destiné à M. Delacq, boucher, l'animal soudain furieux bouscula agents de la voie et bouviers et partit à fond de train sur le ballast recouvert de neige. Une vingtaine de garçons bouchers et d'hommes d'équipe s'élancèrent sur ses traces, non sans entraver la circulation des trains. Mais nul ne pouvait mettre obstacle à la course de l'animal, qui s'en alla ainsi jusqu'à la gare de Cires-les-Mello, revint vers celle de Cramoisy, puis repartit dans La direction de Cires, culbutant et blessant d'un coup de corne un garçon boucher, M. de Sanlis. Enfin, après sept heures d'une chasse mouvementée, MM. Delacq et Buzy réussirent, à la nuit tombante, à capturer au lasso la bête furieuse qui se refusait à se laisser entraver. Le Petit Parisien – 7 mars 1909

Tempêtes en Amérique - Des tempêtes de neige, d'une extrême violence, sévissent aux Etats-Unis. Les communications télégraphiques et téléphoniques sont interrompues entre presque tous les Etats du Nord. Entre New-York et Washington, les fils gisent à terre sur une distance considérable. Quant a la ville de Baltimore, elle est complètement isolée du reste du monde. Le Petit Parisien – 7 mars 1909

Posté par Ichtos à 14:05 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire