CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

05 avr. 09

Les actualités du 5 avril 1909

090405foire

Ouverture de la foire aux jambons

C'est par un temps radieux, sous un ciel d'un bleu intense, mais par un froid piquant, qu'hier matin, à sept heures précises une cloche sonore, mise en branle par un employé de la Ville, a annoncé, boulevard Richard-Lenoir, l'ouverture de la célèbre foire aux jambons, et. en même temps, de la non moine fameuse foire à la ferraille.

Déjà, depuis longtemps une animation extraordinaire régnait sur le marché en plein vent. Hâtivement, les ferrailleurs enlevaient les immenses bâches recouvrant leurs marchandises apportées depuis la veille, tandis qu'un peu plus loin d'énormes voilures rangées côte à côte, le long du terre-plein, des commerçant», représentant la plupart des régions de la France, débarquaient des amoncellement de charcuteries.

Et bientôt, les petites baraques, sommairement édifiées en lamelles de bois blanc furent coquettement décorées par leurs occupants au moyen de feuillages, d'où émergeaient les victuailles les plus diverses et les plus appétissantes. La foule, d'ailleurs, ne tarda pas à arriver, les amateurs de bonne charcuterie voulaient être les premiers a se faire servir. Et le public circulait, pressé serré entre les deux rangs d'étalages, appelé, harcelé par les commerçants, qui vantaient à qui mieux mieux la supériorité de leurs produits.

On trouvait là les charcuteries les plus diverses, les produits de l'Alsace, de la Meuse, de l'Auvergne, de la Manche, de l'Aveyron, des Ardennes, de la Meurthe-et-Moselle. du Rhône, de Saône-et-Loire, des Cotes-du-Nord, du Cantal, et aussi ceux de l'Italie, de la Belgique et de l'Allemagne. N'oublions pas de citer cinq marchands qui débitaient de la charcuterie hippophagique.

Dire le succès de cette journée d'ouverture, embellie par un soleil magnifique, dénombrer les curieux qui défilèrent sur le boulevard Richard-Lenoir est impossible. Et la foire à la ferraille ? Comme de coutume, les mille et quelques brocanteurs qui s y étaient installés - ils étaient exactement 1.052 - avaient apporté là les objets les plus hétéroclites, au milieu desquels les amateurs, courbés vers le sol, passèrent de longues heures, cherchant la bonne affaire- Et d'aucuns la trouvèrent. Le soir venu, chacun était satisfait sur tout les commerçants, pour qui cette journée d'ouverture avait merveilleusement réussi.

Le Petit Parisien – 6 avril 1909


EN BREF

Arabes

Révolte en Mésopotamie – D'après des informations provenant de Bassorah, la situation est grave dans l'Arabistan ottoman. Trois mille Arabes bien armés, sous les ordres du cheik Seyhoud. sont en révolte, et la navigation sur le Tigre est actuellement très dangereuse. Le steamer Khalifa a essuyé, dix heures durant, le feu des Arabes. Grâce aux précautions que le capitaine avait fait prendre, il n'y a eu cependant aucun blessé. Le 25 mars, les Arabes attaquèrent le steamer Bassorah en aval d'Amara, et il y a eu trois tués et cinq blessés à bord de ce navire. Le petit canon du steamer, que manœuvrait le commissaire du bord, a tué, dit-on, trente Arabes. La canonnière ottomane Alous n'ose pas quitter Amara. Les Turcs occupent les villes situées sur les bords du Tigre, mais, en dehors de ces villes, ils n'exercent aucune influence. Le Matin – 5 avril 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire