CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

13 avr. 09

Les actualités du 13 avril 1909

Paris – Roubaix : Victoire de Lapize !

090413velo

Il y a quelques jours seulement, nous applaudissions les victoires que le jeune Octave Lapize remportait dans le rang des amateurs. Sous les couleurs de l'Union des Cyclistes de Paris, cette pépinière de champions, Lapize entraînait avec succès son courage et sa volonté. Par amour de la lutte, il se mettait en ligne dans les compétitions où il savait par avance que la victoire serait particulièrement dure à conquérir.

Or, il advint qu'il ne trouva plus les batailles d'amateurs assez sévères pour lui. Lapize voulait toujours combattre avec plus d'acharnement, il se sentait capable do faire mieux que ce qu'il avait déjà fait. C'est pourquoi il résolut de venir disputer aux cotés des cracks professionnels les plus célèbres, les grandes épreuves classiques de la route, dont les vainqueurs ont pour toujours leurs noms inscrits au livre d'or du cyclisme.

Lapize a couru hier pour la première fois une grande épreuve ; il a, également pour la première fois, remporté une brillante victoire qui, espérons-le, sera suivie de beaucoup, d'autres. Ce triomphe sera particulièrement inoubliable, car Lapize est un modeste, un loyal et honnête, garçon, et surtout un travailleur courageux!

Paris-Roubaix 1909 nous vaut également d'enregistrer un succès sans précédent pour la maison Alcyon. Si, par suite de chutes, de crevaisons et d'incidents imprévus, seule la première place échappe à cette marque populaire, il nous faut souligner, comme cela est notre devoir, le classement magnifique des coureurs pilotant une bicyclette Alcyon. Les 2e, 3e, 4e, 5e, 6e, 7e, 10e, 11e, 12e et 13e place reviennent à Alcyon alors que d'autres maisons qui avaient mis sur pied des équipes formidables n'ont dû se contenter que des places suivantes. Paris-Roubaix 1909 nous a prouvé que la bicyclette Alcyon était toujours la meilleure. Constatons en terminant le gros succès remporté par l'Auto et souhaitons aux vaincus d'hier de prendre bientôt une éclatante revanche.

La Presse – 12 avril 1909

wiki_logo Amazon_logo Delcampe_logo

velocipede

EN BREF

Une famille de 117 enfants ou petits-enfants ! - Guilvinec (Finistère). — Tout le monde connaît et estime ici une vénérable veuve, Mme Le Cléach, agée de quatre-vingt-sept ans, dont le nombre des enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants et enfants des, arrière-petits-enfants s'élève au chiffre de 147. Mme Le Cléach, née Anne Compez, avait quinze ans et trois mois lorsqu'elle se maria. Son mari étant parti pour accomplir son service dans la marine, fut renvoyé dans ses foyers en raison de sa taille insuffisante. Détail curieux : il grandit alors dans des proportions inattendues, si bien qu'il fut rappelé et dut accomplir son service militaire.De ce mariage naquirent quatorze enfants, dont six sont encore vivants. L'ainée, une fille, a maintenant soixante-six ans ; le plus jeune, un garçon, quarante-six ans. La fille de sa fille aînée est elle-même grand mère depuis longtemps.Tous ses descendants mâles sont marins pécheurs à Guilvinec. Les maisons qui les abritent avec leurs familles forment une rue dite "rue Choquèze" du nom de l'un d'entre eux. La bonne aïeule connaît ses 147 descendants par tous leurs prénoms. Elle ne désespère pas de voir naître une cinquième génération. Le Gaulois – 13 avril 1909

Voyageur

Le mouvement dans les gares - On estime à plus d'un demi-million de voyageurs le mouvement d'arrivées et de départs de ces deux derniers jours de fêtes. Pour la seule journée de dimanche, la gare Saint-Lazare a pu enregistrer plus de 200,000 départs, dont 140,000 pour la banlieue. 20,000 voyageurs pour les gares Montparnasse et des Invalides, autant pour la gare de Sceaux ; 50,000 pour la gare de Vincennes ; 125,000 pour la gare de l'Est ; 25,000 pour les gares d'Orléans et de Lyon. Sur les grandes lignes, les trains ont été doublés : A la gare du Nord, ils ont dû être quadruplés sur les lignes qui desservent Boulogne et la Belgique. Pour avoir les chiffres approximatifs des voyageurs qui ont utilisé la voie ferrée pendant les foies de Pâques, il faudrait tripler au moins ces chiffres qui ne représentent qu'une seule des quatre journées du "pont de Pâques". Le Gaulois – 13 avril 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires

Poster un commentaire