CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

23 avr. 09

Les actualités du 23 avril 1909

090423marche

Marseille: Grève des maraîchers

La grève des maraîchers de Marseille qui dure depuis lundi a donné lieu, cette nuit, à divers incidents. Des grévistes, au nombre d'une trentaine, ont arrêté un maraîcher du quartier du Cabot, entre la Rose et Malpasse, dans la banlieue de Marseille, et l'ont fortement molesté. Le maraîcher n'a pu entrer dans la ville que sous la protection des gardiens cyclistes.

D'autre part, vers deux heures du matin, de nombreux incidents se sont produits dans le quartier de Plan de Cuques, où quarante-sept voitures de maraîchers venant d'Allauch, de la Bourdonnière, de la Pounche et de la Croix-Rouge, ont été arrêtées par plusieurs groupes de grévistes. La gendarmerie du Plan-de-Cuques et les renforts de police, envoyés de Marseille, ont dû charger les manifestants à diverses reprises pour dégager les voitures et leur permettre l'accès des barrières d'octroi.

Cependant, une grande voiture remplie de légumes a été dételée et renversée dans une traverse voisine de la route, avant que les services d'ordre aient pu intervenir. Les voitures entrant par les barrières d'octroi de ces divers quartiers ont été escortées par la police jusqu'au marché central.

Enfin, des incidents se sont également produits sur le chemin de Château-Gombert, où la police est intervenue pour disperser les manifestants dont l'attitude était menaçante, mais, en dépit de toutes ces tentatives de sabotage, l'alimentation de la ville en produits maraîchers a été encore largement assurée.

Le Petit Journal – 23 avril 1909


EN BREF

Alerte à l'arsenal de Toulon - Ce matin, un peu avant deux heures, la sentinelle, de faction à la darse Sud de l'arsenal du Mourillon a aperçu une vive lueur à l'intérieur de l'atelier des Forges. L'alarme a été aussitôt donnée et les pompiers sont accourus avec une pompe à vapeur: on put rapidement, circonscrire le feu qui s'était étendu avec rapidité et avait détruit les placards où les ouvriers déposent leurs vêtements de travail ainsi que la grande porte donnant accès dans la salle des moteurs. L'atelier avait été fermé à cinq heures du soir et la dernière ronde des pompiers avait eu lieu à 9 heures. Une enquête est ouverte pour découvrir les causes de l'incendie. Le Petit Journal – 23 avril 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire