CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

28 avr. 09

Les actualités du 28 avril 1909

Turquie Abdul Hamid est détrôné

Abdul Hamid

Depuis hier, après midi, la révolution turque a son sultan. S'il n'est pas sorti des barricades comme Louis-Philippe, il est issu de la bataille sanglante que l'armée macédonienne livra à la garde albanaise.

Après avoir négocié, parlementé depuis huit jours, et usé de cette extraordinaire habileté diplomatique qui fut son seul don intellectuel, Abdul Hamid a été détrôné. Il subit le sort qui fut infligé à son profit, trente-trois ans plus tôt, au sultan Mourad. (...)Le vaincu dû 24 avril avait épuisé la clémence de la Jeune-Turquie par sa duplicité, — comme il avait, durant son long règne, lassé la fidélité des fonctionnaires civils et militaires, et la patience de toutes les nationalités groupées sous son sceptre, par la mise en pratique du régime de délation, d'espionnage, de cruauté et de corruption oppressive — le plus complet, qui se fût jamais exercé depuis le Bas-Empire romain.

Dès ce matin, on savait ici qu'Abdul Hamid serait déposé et que Rechad lui succéderait sous le nom de Mehmed V. On annonçait, en effet, que le fetva, ou décret de déchéance, signé du check ul Islam était prêt. Les bruits qui avaient transpiré de la séance d'hier au Parlement avaient dissipé tous les doutes.

Une grande émotion régnait dans la ville, et partout la foule s'amassait. Des mesures d'ordre avaient été prises du palais de Dolma-Bagtchê jusqu'à Stamboul pour le cas où le nouvel empereur se rendrait par terre à la grande mosquée. Les ponts de la Corne d'Or étaient militairement gardés.

A une heure de l'après-midi, la Chambre siégeant encore à huis clos, on apprit que tout était fini, et qu'Abdul Hamid, détrôné, allait être transporté dans un de ses châteaux. Les canons se préparaient déjà pour les salves d'usage.

A partir de 2 heures, 101 coups tonnèrent. Ahdul Hamid n'était plus rien. Rechad devenait sultan sous le nom de Mehmed V. Le nouveau monarque se rendait à Stamboul par mer, vers 4 heures, aux acclamations de la foule. Partout des coups de fusil étaient tirés en signe de joie.

Le Petit Parisien – 28 avril 1909

cent_ans


EN BREF

sanglant

Tué par un guidon de bicyclette — Un grave accident de bicyclette s'est produit à proximité de Limoges. Deux jeunes gens, Martial Louis, ouvrier charron, originaire de Cubjac (Dordogne), et un de ses amis descendaient à bicyclette une côte très rapide conduisant à la petite localité de Saint-Just, quand le premier ayant lâché les pédales, sa machine s'emballa. A un tournant brusque elle précipita celui qui la montait contre un mur et sous le choc se dressa sur sa roue arrière, tandis que le guidon décrivait un quart de cercle. Par une déplorable fatalité, l'une des extrémités de ce guidon était dépourvue de son manchon de liège. Le tube d'acier creux, faisant emporte-pièce, pénétra dans l'œil gauche de l'infortuné cycliste et traversa le crâne. L'extrémité du guidon vint ressortir à la partie inférieure et latérale droite du menton après avoir perforé la voûte du palais et la mâchoire. La mort avait été presque instantané. On trouva l'infortuné cycliste agenouillé et littéralement cloué à sa machine dressée contre le mur. Ce fut avec difficulté qu'on parvint à extraire le guidon de la boite crânienne. Le Temps – 28 avril 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires

Poster un commentaire