CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

30 avr. 09

Les actualités du 30 avril 1909

090430delaineurs

Grève des délaineurs à Mazamet – graves incidents

De graves incidents se sont produits aujourd'hui à Mazamet, à la suite de l'échec des nouvelles négociations engagées depuis deux jours. Dans leur réunion d'hier, provoquée par M. Vieu, sénateur, les commissions patronale et ouvrière avaient échangé des vues générales sur la situation et avaient remis à aujourd'hui la discussion de l'augmentation de salaire.

Cet après-midi, donc, patrons et ouvriers ont eu une nouvelle entrevue qui, malheureusement, n'a pas abouti. Les patrons ont offert 15 centimes par cent peaux aux ouvriers peleurs, 20 centimes par jour aux ouvriers maragos. Ces augmentations seraient payables au 30 juin de chaque année.Les ouvriers ont réclamé 50 centimes d'augmentation par jour pour les peleurs, et 50 centimes par cent peaux pour les maragos ; une moitié de l'augmentation serait payable par quinzaine, l'autre moitié, tous les six mois.

Les ouvriers ont déclaré qu'ils ne discuteraient plus avec la commission patronale et ont refusé une proposition d'arbitrage du juge de paix. Après la réunion, les grévistes se sont massés autour de la mairie avec l'intention de manifester à la sortie des délégués patrons. Vers six heures, l'hôtel de ville était cerné par les ouvriers. La cavalerie a dû intervenir pour le dégager ; elle a repoussé les manifestants dans les rues voisines ; mais les groupes se reformaient aussitôt.

A six heure quarante, lorsque les patrons sortent de l'hôtel de ville les manifestations recommencent plus violentes. Les patrons, pour se rendre à leur cercle, furent escortée par les agents et les gendarmes, mais sur leur passage les poings se tendaient et les grévistes poussaient des cris menaçants ; des coups de sifflets éclataient. Des pierres furent lancées sur les gendarmes qui durent charger pour se dégager.

Le principal auteur de la manifestation, un de ceux qui a lancé des pierres, s'est réfugié dans une maison que les gendarmes ont cernée. Tous les magasins et cafés sont fermés. Des patrouilles parcourent les rues et font circuler. Des arrestations ont été opérées sur plusieurs points. Le sous-préfet de Castres est en permanence à l'hôtel de ville, où une délégation ouvrière est allée le voir pour protester contre les mesures militaires.

Le Petit Parisien – 30 avril 1909


EN BREF

Un incident dans un cimetière - Montmédy, 29 avril. Un incident s'est produit ce matin, à Mouzay, aux obsèques du chasseur cycliste Rousseau. Au cimetière, un orateur révolutionnaire à pris la parole et a développé ses théories antimilitaristes. Devant le ton du discours, le capitaine fit sortir du cimetière le détachement de chasseurs du 18e bataillon qui assistait à l'enterrement. Le maire de Mouzay a adressé au commandant du 18e bataillon une lettre de protestation, affirmant que la population repousse toute solidarité avec les idées révolutionnaires. Le Petit Parisien – 30 avril 1909

La situation empire en Perse - Les événements de Constantinople ont fait ici empirer tout d'un coup la situation. Les membres du comité insurrectionnel ont repoussé catégoriquement la proposition du shah tendant à établir une constitution basée sur le chériat. Les révolutionnaires déclarent de leur côté qu'ils continueront la lutte. Ils complètent dans ce but leur provision de grain. La quantité de vivres transportée ici par ordre du shah est d'ailleurs minime. La population souffre toujours de la faim. Le typhus causé par la famine fait de grands ravages. Les Européens éprouvent une vive inquiétude à cause de l'agitation à laquelle on se livre ici et de l'anarchie qui y règne. On répand des bruits alarmants au sujet d'Ourmia. La poste consulaire n'est pas arrivée à Tabriz depuis trois semaines. Le Petit Parisien – 30 avril 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires

Poster un commentaire