CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

06 mai 09

Les actualités du 6 mai 1909

090506edouardvii

Edouard VII à Paris

Le roi d'Angleterre qui a terminé sa croisière en Méditerranée est arrivé à Paris hier soir. Le train spécial qui l'a amené avait quitté Naples dans la soirée de lundi. A Modane, M. Ruel, inspecteur principal de la traction de la Compagnie P.-L.-M. et M. Bordère, commissaire spécial de la gare de Lyon, à Paris, ont pris place dans le train royal. Après un voyage sans incidents, le train que pilotaient un ingénieur en chef revêtu de la blouse grise, un ingénieur en second, un mécanicien et un chauffeur chefs, a stoppé à six heures trente à la gare de Lyon.

Sur le quai de la gare se tenaient l'ambassadeur d'Angleterre, sir Francis Bertie, le baron Hottinguer, vice-président du conseil d'administration, de la Compagnie P.L.M., MM. Lépine, préfet de police, Berquet, sous-directeur, et Emery, chef de gare principal. Prestement, dès que le marchepied eut été baissé, Edouard VII est descendu de son wagon-salon. Il était vêtu d'un complet marron, coiffé d'une cape et portait un par dessus de voyage gros vert.

Il a remercié le haut personnel de la Compagnie par ces quelques mots prononcés en français ; " Je vous remercie, Messieurs, de l'excellent voyage que je viens de faire." Il a tendu la main au préfet de police auquel il a dit : "Ce n'était vraiment pas la peine de vous déranger, je suis venu en voisin et en ami." Puis, après avoir demandé à M. Lépine des nouvelles de M Clemenceau, Edouard, VII, qu'accompagnait sir Francis Bertie, a traversé le salon des sous-chefs sobrement décoré de plantes verte, est monté dans une automobile dont il a fait baisser la capote après qu'on eût placé à ses pieds une lourde valise, objet de toutes ses attentions, et l'auto est partie dans la direction de l'hôtel Bristol.

Le roi est accompagné de son médecin M. James Reid, du major Ponsonby et de son aide de camp le capitaine Fortescue. Il compte rester à Paris jusqu'à samedi. Dans la soirée, le roi Edouard VII s'est rendu à l'Olympia, où il a assisté à la revue Paris Singeries. Le roi Edouard VII ne s'est retiré qu'à la fin de la représentation, très amusé notamment par la seine jouée par M et Mme X.

Le Petit Journal – 6 mai 1909


EN BREF

aero

Un ballon au milieu d'une noce - Chalon-sur-Saône, 5 Mai - Le Ballon Le Faune, monté par MM Jens et le marquis de Kergariou, membres de l'Aéro-Club, a atterri à La Racineuse, près de Louhans, au milieu de paysans célébrant un mariage. Les aéronautes furent invités à partager le repas de noces; ils acceptèrent et repartirent ensuite pour Paris. Le Petit Journal – 6 mai 1909

Coloniaux pris de folie - Lorient — Les opérations du conseil de révision, au bourg du Pont-Scorff viennent d'être marquées par un regrettable incident. Deux soldats du 1e régiment d'artillerie coloniale, Quentrec et Bechennec, se sont emparés du drapeau national que portaient les conscrits et, après l'avoir brisé en miettes, en ont traîné les morceaux dans la boue. La gendarmerie est intervenue et a arrêté les deux soldats. Un rapport de cette affaire a été transmis au général commandant le 11e corps, à Nantes. Le Petit Journal – 6 mai 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]