CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

12 mai 09

Les actualités du 12 mai 1909

090512mousquetaires

A l'Ambigu: La Jeunesse des Mousquetaires

Drame en cinq actes, d'Alexandre Dumas père et Auguste Maquet.

Les Trois Mousquetaires — qui étaient quatre d'ailleurs ! Il fut un temps où la France entière se passionnait pour leurs exploits. D'un bout du pays à l'autre, on se disputait le journal où les hauts faits de d'Artagnan et de ses amis étaient racontés avec cette verve intarissable dont Alexandre Dumas père a emporté le secret : quand le roman fut publié en librairie, ce sont des centaines de mille d'exemplaires que l'éditeur dut livrer à la curiosité inassouvie du lecteur ; et, quand le roman fut transporté sur la scène des milliers de spectateurs vinrent revoir et applaudir leurs héros favoris.

On lit encore Alexandre Dumas, et l'on court toujours à ses drames héroïques,lorsque des directeurs avisés le remettent sur l'affiche. Venus à la direction de l'Ambigu, MM. Hertz et Jean Coquelin nous rendent la Jeunesse des Mousquetaires, jeune inaltérable et immarcescible ; il faut les en féliciter et les en remercier. Il n'est pas de spectacle plus divertissant ni plus attrayant que ces extraordinaires fantaisies historiques, qu'on appelle les drames "du père Dumas".

Je penserais faire injure à mes lecteurs si je leur "racontais" ici les Trois Mousquetaires. Ils connaissent certainement aussi bien que moi ce dont il s'agit. Ils savent qu'Anne d'Autriche, dans un moment de faiblesse, avait donné à Buckingham une parure de diamants. Louis XIII, sur un conseil de Richelieu, ordonne à la reine de la montrer dans un bal. Les quatre amis d'Artagnan, Athos, Porthos et Aramis partent pour aller la chercher. Trois sont arrêtés en route, mais d'Artagnan surmonte tous les obstacles, parvient jusqu'au duc, rapporte la parure et sauve la reine en confondant Richelieu.

L'adversaire le plus sérieux contre lequel il a dû lutter est une femme appelée Milady, et qui est l'agent secret de Richelieu. Bigame, elle empoisonne son second mari, se prostitue à ceux qui peuvent servir ses vengeances, tente plusieurs fois de faire assassiner d'Artagnan, met le poignard à la main du fanatique Felton, qui tue Buckingham, etc., etc. Tant de forfaits trouvent enfin leur châtiment. Tombée au pouvoir des quatre inséparables, elle s'entend condamner, à mort. Qui ne sait tout cela et le reste ?

Un critique disait lors d'une des nombreuses reprises de la Jeunesse des Mousquetaires : Quels inventeurs et quels amuseurs que Dumas et Maquet! Que de science et de verve dans ces beaux récits pleins d'aventures attachantes et de grands coups d'épée, plus variés que les contes de la sultane Schéhérazade et toujours animés par les plus françaises de toutes les qualités, l'esprit, le charme, la bonne humeur ! Ces lignes, écrites il y a plus de trente ans, sont toujours vraies.

Le drame est resté jeune, pimpant, alerte, plein de surprises joyeuse et d'émotions rapides. Tout cela est conduit, troussé, enlevé d'une main à la fois vigoureuse et légère, comme celle de l'écuyer capable d'entraîner et de dompter les plus fougueux chevaux de sang. Les nouveaux directeurs de l'Ambigu ont monté l'œuvre célèbre avec beaucoup de soin. L'interprétation est louable avec MM.Dorival (d'Artagnan), Volny (Athos), d'Anchy, Brissot, Pamy, Harmant, Habay, Mmes Bouchetal, Carmen Deraisy, Flore Mignot.

Le Petit Parisien – 12 mai 1909 Amazon_logo

Compagnie_des_chocolats

EN BREF

sanglant

Crime de sorcier a Constantine - Constantine, 11 mai - On a découvert hier, dans une grotte, près du Pont-du-Diable, le cadavre d'un indigène, âgé de douze ans ; le malheureux enfant avait été saigné comme un mouton et l'assassin avait prélevé sur le visage de sa victime un lambeau de chair. Aucune trace de violence spéciale n'a été relevée sur le corps ; on croit qu'il s'agit d'un crime préliminaire à une expérience de magie noire qui nécessite un fragment de peau provenant d'un jeune garçon impubère. Le Petit Parisien – 12 mai 1909

Assassin acquitté ! - La cour d'assise de la Seine a acquitté hier le marchand de vin Turg, qui avait tué de neuf coups de foret un nommé Brou, garçon livreur. Celui-ci avait proféré des menaces de mort contre Mm Turg, dont il était l'amant, et celle-ci, redoutant pour sa vie. avait avoué sa faute à son mari. Le Petit Parisien – 12 mai 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire