CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

13 juin 09

Les actualités du 13 juin 1909

Tremblement de terre provence 1909 - Lambesc

Le Tremblement de terre de Provence – 60 morts -5 villages détruits

Si le tremblement de terre d'hier soir n'a eu pour effet à Marseille que d'affoler la population et notamment la colonie italienne qui, en dépit d'une pluie serrée, a campé sur les places, les avenues et dans les rues les plus larges, il n'en est malheureusement pas ainsi dans le département où le chiffre des victimes qui sera certainement plus élevé, est déjà évalué à une soixantaine. C'est une véritable catastrophe qui a atteint Lambesc, Rognes, Saint-Cannat, Pélissanne, La Roque d'Antheron et quelques communes éloignées et sur le sort desquelles les renseignements sont encore imprécis a l'heure où je vous adresse ce premier, télégramme.

Oh compte, à Saint-Cannat, à l'heure actuelle, dix morts, parmi lesquels le correspondant du Petit Marseillais, à Lambesc, quinze, vingt à Rognes, et deux à Pelissanne et partout très nombreux sont les bléssés. A Rognes, on apprend à chaque instant que dans les campagnes environnantes, des personnes ont été ensevelies sous les décombres de leurs habitations. Le village de Rognes est presque complètement détruit. De tous les villages on demande des secours, et notamment du pain, car les boulangeries ne peuvent travailler.

Tremblement de terre provence 1909 - Rognes

Du riant village qu'était hier encore saint-Cannat il ne reste presque plus rien. La plupart des maisons se sont effondrées et à l'heure où je vous télégraphie on a déjà retiré dix cadavres des décombres. Malheureusement il est fort a craindre que le nombre des victimes soit supérieur car de nombreux habitants sont ensevelis sous les ruines de leurs maisons. On manque totalement de secours et les survivants ont peine à parer au plus pressé et à tenter des sauvetages. Des troupes viennent d'être de mandées d'urgence.

Au Puy-Sainte-Réparade, outre des dégâts matériels considérables, on a a déplorer deux morts et plusieurs blessés, dont l'un vient de succomber. A Venergues, on compte actuellement quatre victimes. Leur identité n'a pas encore été établie. A Venelles, Mme Louise Franc, âgée de soixante ans, est morte de frayeur. L'église de ce village est entièrement détruite. A Vauvenargues, où l'on compte pour l'instant quatre victimes, l'église entièrement lézardée, menace de s'écrouler. Des maisons sont également crevassées et quelques-unes entièrement détruites.

Tremblement de terre provence 1909 - Venelles

Dès qu'il a eu connaissance de la terrible catastrophe qui endeuille notre département, M. Mastier, préfet des Bouches-du-Rhône, a décidé de se rendre dans les diverses communes frappées, pour présider a l'organisation des secours. Il est parti ce matin à six heures avec son chef de cabinet, M. Jaubert. Diverses conférences ont été tenues ce matin à la préfecture pour l'envoi dans les communes où le tremblement de terre a fait des dégâts, de la troupe, du pain et d'un matériel de campement.

Deux mille kilos de pain ont été adressés à Aix ce matin, qui seront répartis immédiatement, suivant les besoins. Tentes et civières vont suivre d'urgence en même temps que des effectifs d'infanterie. D'autre part, un bataillon du 7e génie à Avignon a été demandé d'urgence pour activer les travaux de déblaiement.

Le Matin – 13 juin 1909

Aix_en_Provence

EN BREF

russie Un sous-marin russe perdu corps et biens -Saint-Petersbourg, 12 juin —Le sous-marin Kambala est entré en collision aujourd'hui avec le cuirassé Rostilav, pendant qu'il opérait une attaque contre l'escadre d'envahissement au cours de manœuvres. Le sous-marin a coulé. Les vingt hommes d'équipages se sont noyés. Le Matin – 13 juin 1909

Soldats morts de soif en Mauritanie - Bordeaux, 12 juin — Une grave nouvelle concernant la Mauritanie nous a été apportée par le paquebot Cordillière, arrivé aujourd'hui à Bordeaux.Il y a trois semaines, un convoi de ravitaillement composé de cinquante tirailleurs sénégalais commandés par le capitaine Bontemps descendait d'Atar vers Boutilimit, lorsque à moitié route, ils furent arrêtés par suite du manque d'eau. Presque tous les hommes périrent de soif, seuls quelques uns d'entre eux avec le capitaine purent continuer leur route, mais au départ du Cordillière à Dakar le gouvernement général était encore sans nouvelle des rescapés. On croit qu'ils auront pu gagner Boutilimit. En outre le ravitaillement de la Mauritanie continue à être très difficile, les convois sont sans cesse attaqués par les Maures. Le Matin – 13 juin 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire