CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

17 juin 09

Les actualités du 17 juin 1909

Aero club saint cloud ballons

Vol inaugural pour le club aéronautique féminin"Stella"

La fête par laquelle l'Aéro-Club féminin "Stella" a inauguré sa carrière sportive hier mercredi 6 juin, a été tout à fait réussie en dépit du temps qui, peu galant, avait oublié de venir à la réunion.

Elle était donnée dans le parc aux ballons des coteaux de Saint-Cloud où, dès deux heures, la foule extrêmement élégante des invités commençait à arriver, si empressée et si abondante, que bientôt, du palier à la dernière terrasse, le parc, déjà charmant de verdure et de corbeilles, était tout ravissant de guirlandes de femmes vêtues de blanc, de rose, de mauve et de bleu.

Une nuée de commissaires, que présidait M. Henry Deutsch (de la Meurthe), se prodiguaient pour que tout allât bien. Et tout alla parfaitement bien. Les six ballons participant à la fête, délicieusement fleuris de fleurs dont ils portaient les noms, se balançaient captifs en attendant l'instant propice des départs que le vent, qui soufflait avec- violence rendit délicats en compliquant les manœuvres du "lâchez tout". Et comme parmi les passagères il y avait beaucoup de débutantes, les rafales firent battre bien fort, bien fort d'un peu d'appréhension le petit cœur de quelques-unes d'entre elles; mais elles furent quand même toutes très crânes, très courageuses, et pas une, en dépit des inquiétudes que manifestaient quelques-uns de leurs amis, ne renonça à l'excursion aérienne qu'elles avaient acceptée, et on les admira.

Dirigés par M. Surcouf, le roi du "lâchez tout", les départs se firent d'ailleurs dans les plus satisfaisantes conditions et aussi dans les plus charmantes, puisqu'à la place de la vilaine pluie de sable que laissent d'ordinaire choir les méchants aéronautes, les gracieuses "Stelliennes" répandirent sur l'assistance, ravie, des fleurs à poignées, en gerbes el en bouquets. C'était tout plein gentil.

Le premier qui partit ainsi, dans une nuée de pétales parfumés, fut le ballon les bleuets. Il emportait à son bord trois dames : Mme Surcouf, pilote et présidente de la "Stella"; Mme Hérault, secrétaire générale du Club, et Mlle Tissot, membre du comité. Puis vinrent dans l'ordre: Les Roses (900 mc) piloté par M. A. Omer-Decugis, ayant avec lui comme passagères : Mme Desfossés-Dalloz, vice-présidente, et Mme A.Omer-Decugis, sa femme, intrépide aéronaute; Les Paquerettes (1,000 mc), piloté par M. Guffroy, qui emmenait Mlle J. Charpentier, secrétaire de la "Stella", Mme Dumas, M.Dumas et M. Paul Abulfeda; Les pivoines (1,000 mc) piloté par le comte G. de Castillon de Saint-Victor, qui enlevait comme passagères ; Mme Abulfeda, membre du comité de la "Stella", Mme Monnot et Mlle Taty-Lango ; Les Œillets (1,200 mc.), piloté par le marquis de Kergariou, ayant avec lui comme passagères : Mme Max Vincent, vice-présidente de la "Stella"qui recevait le baptème de l'air et Mme M. Savignac, trésorière.

A sept heures s'élevait dans le ciel, alors tout bleu très pur, le dernier ballon, les Hortensias, qui emmenait avec lui M. Blériot. dans toute la joie que lui causait l'attribution du prix Osiris, et Mme Blériot qui, en compagnie de M. Leblanc, leur pilote, partaient pour un voyage de longue haleine. Emmenés par un vigoureux vent du nord-ouest qui soufflait à une vitesse de 50 à 60 kilomètres à l'heure, les ballons de la fête inaugurative de la "Stella" ont dû faire un magnifique voyage. Ils étaient poursuivis par des automobiles qui ont dû avoir beaucoup de peine à les suivre et à les atteindre, si elles y ont réussi. A demain les atterrissages.

Le Figaro – 17 juin 1909

Ballooning_over_PAris

EN BREF

Champion cycliste des unijambistes ! - Montpellier - 16 juin — A Coursan (Aude), hier deux unijambistes, Salles, ouvrier tailleur, et Paquié, ouvrier cordonnier, se lancèrent un défi. Il s'agissait d'une course à bicyclette sur un parcours de trois kilomètres. Les deux concurrents se mirent d'accord et décidèrent de se mesurer hier soir, 15 courant A 8 heures les deux sportsmen accompagnés d'une vingtaine d'amis et connaissances étaient réunis, et on donna le signal du départ au milieu des rires de l'assistance, égayée de voir les deux concurrents s'escrimer avec leur seule jambe, et pousser leur bicyclette. C'est Paquié qui arriva bon premier, distançant son adversaire d'une quinzaine de mètres. Il avait mis 15 minutes. Il fut déclaré "champion cycliste des unijambistes". Le Matin – 17 juin 1909

Une jeune fille se fait brûler vive - Ayant été durement grondée par son père qui lui reprochait de fréquenter un jeune ouvrier, une petite modiste, Louise Berney, âgée de 17 ans, résolut de mourir plutôt que de vivre séparée de celui qu'elle aimait. Hier matin, alors qu'elle se trouvait seule dans sa chambre, la jeune fille ne sachant de quelle façon se donner la mort, mit tout à coup le feu à ses vêtements. Elle fut bientôt entourée de flammes et la douleur lui fit pousser des cris terribles. En voyant sa fille en un tel danger, le père de la jeune modiste fait pris d'une crise de folie et, au lieu de porter secours à la malheureuse, il se mit à pousser des hurlements horribles. La modiste est mourante, son père a été interné. Le Petit journal – 17 juin 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire