CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

21 juin 09

Les actualités du 21 juin 1909

La Coupe des Voiturettes

coupe voiturettes 1911

La coupe des Voiturettes a été disputée aujourd'hui dimanche sur le circuit de Boulogne-sur-Mer. Ce circuit a un développement de 37 kil. 875 et les concurrents avaient à le couvrir 12 fois. L'épreuve comportait donc une distance de 454 kil. 500. Comme je l'ai déjà dit, le circuit de Boulogne a ceci de commun avec bien d'autres qu'il présente la forme d'un triangle. Les trois sommets sont : Saint-Martin, où se trouve la Fourche nécessaire à toute course qui se respecte, le virage du Wast et celui de Desvre. Le départ et l'arrivée ont eu lieu au pied du Mont-Lambert où avaient été installées des tribunes.

Cette course, il faut l'avouer franchement, n'a pas eu le don de passionner le monde sportif autant que les épreuves des années précédentes. Il aurait fallu qu'elle fût organisée sur des bases absolument nouvelles et qu'elle s'imposât à l'attention de tous par des enseignements pratiques incontestables. Il faut espérer que, l'an prochain, il nous sera possible d'assister à une telle course. Nous le souhaitons de tout cœur.

Il serait injuste toutefois de ne pas constater que la coupe des voiturettes a quand même obtenu un succès honorable et qu'elle a été très bien organisée par notre confrère l'Auto. Au point de vue sportif, il faut déplorer que la maison Sizaire et Naudin n'ait pas cru devoir, cette fois, se mettre en ligne. Son abstention a certainement enlevé un grand intérêt à la course. En effet, en 1906, c'est une Sizaire qui se classa première dans cette épreuve ; en 1907, cette maison prit la première et la deuxième place, et, enfin, l'an dernier, battant son propre record, La marque Sizaire et Naudin prit trois des premières places, dont la première et la deuxième.

Quel est le pourquoi de cette abstention ? Voici ce gue le directeur de la maison Sizaire et Naudin nous a répondu à ce sujet : La cause ? C'est tout simplement le règlement même de la course de 1909 ; nous estimons qu'il ne laisse place à aucun progrès et que sa combinaison de clauses limitatives et d'équivalence annihilait par avance toute initiative et toute tentative hardie. Telle est, du moins, l'opinion des dirigeants des usines Sizaire et Naudin, qui ont aujourd'hui une situation hors de pair dans la construction très spéciale des voiturettes.

En ce qui concerne les pneumatiques, il faut également noter que la grande marque Continental, qui triompha dans tant d'épreuves de voiturettes et notamment dans le dernier Grand Prix, s'est aussi abstenue, ayant pris l'engagement de ne plus courir.

Le départ devait être donné à 7 heures, mais le brouillard contraignit les organisateurs... et les spectateurs à un peu de patience. A 8 heures 1 minute, la Demeester partit, et, successivement, de minute en minute, 19 voitures s'élancèrent sur le circuit. Pas très brillants furent les départs, d'ailleurs, car la capricieuse et difficile carburation n'est point amie de la brume. A la fin du premier tour, Goux, sur Lion-Peugeot, était en tête du classement, avec le temps de 29 minutes 28 secondes ; Thomas, sur une le Gui, était deuxième, avec le temps de 30 minutes 11 secondes, et Guippone, sur Lion-Peugeot, troisième avec le temps de 31 minutes, 24 secondes.

Pendant le deuxième tour, le brouillard se lève, assez rapidement même, et l'on distingue enfin les concurrents qui passent au loin, à quelques kilomètres des tribunes. Mauvaise nouvelle !... J'apprends que Maurice Fournier vient de se retourner dans, le virage de Vast non loin d'Alincthin. Le coureur n'a rien, mais sa voiture a été moins heureuse que lui : un des essieux est brisé. J'apprends aussi que Calthrope a. abandonné, à cause d'un engrenage détérioré.Nous assistons alors à une belle lutte entre les conducteurs des Lion-Peugeot ; Goux et Guippone, qui réussit à dépasser son concurrent et ami au troisième tour.

La course se poursuivit donc fort intéressante, les voiturettes se livrant une chasse très sportive et montrant une fois de plus que l'on est parvenu aujourd'hui de plus que l'on est parvenu aujourd'hui a faire de très bonnes voitures légères.

Enfin, la victoire échut à la voiturette Lion-Peugeot, conduite par Giuppone. Ce conducteur mit 5 h. 55 pour couvrir les 454 kil. 500 de l'épreuve. La victoire de la marque Lion-Peugeot était attendue de tout le monde. Elle a réjoui tous les partisans de l'automobilisme pratique — c'est-à-dire de l'automobilisme sans panne, sans ennui. La grande maison française Lion-Peugeot a, en effet, la réputation justifiée de construire des voiturettes d'une solidité, d'une qualité de tout premier ordre. Il faut remarquer, du reste, que cette maison s'occupe beaucoup plus de donner satisfaction aux touristes que de gagner des courses. Comme elle a raison !... Cela ne l'a pas empêché de triompher, en un style magnifique, dans la Coupe des Voiturettes.

La seconde voiture classée est, d'ailleurs, aussi une Lion celle de Goux, qui a fait le temps de 6 heures 2 minutes, 5 secondée 4/5. ; Quant à la troisième place, elle a été prise par la le Gui de Thomas, avec le temps de 6 heures 14 minutes 13 secondes. Viennent ensuite : 4e Boulot, en 6 h. 20 m. 12 sec. ; 5e Pelliverde, en 6 h. 27 m. 25 sec. ; 6e Zuccarelli, en 6 h. 33 m. 55 sec; ; 7e Berny, en 6 h. 34 m. 51 sec. ; 8e Porter ;9e Burgess ; 10e Vallée, etc. Bref, les voiturettes espagnoles, anglaises et belges ont été très nettement battues par l'industrie française.

Une dernière réflexion : on nous avait annoncé que le pari mutuel fonctionnerait en l'honneur de cette coupe des voiturettes, mais... il a fait grève, et de l'avis de tous les sportsmen, il a sagement fait, car, il ne faut pas retirer aux courses d'automobiles leur caractère particulier. Le pari les gâterait complètement ! S'il entrait dans la danse, qui sait si les pneus ne crèveraient pas encore plus souvent, comme par enchantement et poux le désenchantement de beaucoup.

Le Figaro – 21 juin 1909

Grand_Prix_ACF

 

EN BREF

uk La momie au mauvais oeil - Le British Muséum vient d'acquérir une momie de princesse égyptienne dont on dit qu'elle aurait le mauvais œil. L'Arabe, son premier possesseur, se ruina et mourut d'une congestion; les trois hommes qui l'avaient transportée chez lui succombèrent coup sur coup du fait de maladies inexpliquées. Plus tard, le premier photographe qui plaça la momie devant son objectif eut une congestion cérébrale, et un second, tombant pendant qu'il procédait à la même opération, se brisa le crâne. L'écho du merveilleux – 15 juin 1909

uk Rixes religieuses à Liverpool - De graves rixes religieuses ont éclaté aujourd'hui à Liverpool, des protestants irlandais ayant voulu s'opposer à une procession catholique. La .police, qui voulut intervenir, fut reçue à coups de pierres. Les agents chargèrent alors la foule et il se produisit une violente collision au cours de laquelle plusieurs agents et un certain nombre de manifestants furent blessés. De nombreuses arrestations ont été opérées, notamment celles de manifestants qui avaient mis le feu à une maison et brisé les vitres de quelques autres à coups de pierre parce que leurs propriétaires avaient pavoisé en l'honneur de la procession. Le Matin – 21 juin 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire