CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

01 juil. 09

Les actualités du 1er juillet 1909

Artillerie lourde

Erreur aux exercices de tir: un navire est pris pour cible

Il vient de se produire, à Toulon un incident grave et qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques. La batterie Sainte-Marguerite, servie par des artilleurs coloniaux, exécutait des tirs de nuit sur un but flottant traîné par le remorqueur Jean-d'Agrève. Par suite d'une erreur que l'enquête ouverte éclaircira sans doute, trois obus, au lieu d'atteindre le but, frappèrent le remorqueur qui marchait à une distance de 800 mètres.

Les tirs avaient commencé la veille au soir vers neuf heures et se poursuivaient depuis près de deux heures sans incident. Tout a coup, le capitaine du remorqueur qui se trouvait à l'arrière avec un matelot nommé Massabo entendit un sifflement au-dessus de sa tête. C'était un premier obus qui venait de passer à un mètre au-dessus de lui.

Au même instant, un deuxième projectile atteignait là cheminée par tribord, la démolissait entièrement et allait réduire en miettes une embarcation située sur la passerelle. D'habitude des hommes vont se coucher dans cette embarcation. Or, par hasard, il n'y avait personne.

Enfin, un troisième projectile traversait la cabine de la barre et passait devant le visage de l'homme de barre, le matelot Richard, qui tomba sans connaissance. Un surveillant de l'arsenal de terre, M. de Mostuejouls, chargé par la direction d'artilerie de la surveillance des tirs, était assis sur un banc près de la cheminée, et le deuxième projectile passa à quinze centimètres derrière son dos.

Le commandant du remorqueur, le capitaine Sacoman, fit immédiatement des signaux et le feu cessa aussitôt. Le navire avait reçu quelques avaries assez sérieuses mais put rejoindre le port par ses propres moyens. Le colonel directeur de l'artillerie a adressé hier soir un rapport confidentiel au préfet maritime sur ces incidents.

Le Figaro – 1er juillet 1909

Toulon_

EN BREF

Suicide sur une tombe – Richaud Abel, soixante deux ans, ancien cafetier d'Avignon, venant de Nice où il était en séjour, s'est tiré trois coups de revolver à la temps au cimetière, sur la tome de sa femme décédée récemment. Son état est désespéré. La Presse – 1er juillet 1909

sanglant

Épouvantable forfait - Saint-Servan, 30 juin. — Une patrouille du 47e d'infanterie de service en campa gne a découvert dans un champ au village de la Hulotais-en-Saint-Servan, la cadavre d'un homme complètement nu, la gorge tranchée. Du cou au bas-ventre, le corps était ouvert. Tous les intestins étaient sortis, les parties sexuelles avaient été enlevées et la jambe droite sectionnée. Il n'y avait pas de traces de sang autour du cadavre, qui a dû être apporté après l'assassinat, dans le champ. Le Parquet est sur les lieux. La Presse – 1er juillet 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]