CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

03 juil. 09

Les actualités du 3 juillet 1909

Chauffeurs Petit Parisien

Ouverture du procès des chauffeurs de la Drôme

Valence, 2 juillet. — Aujourd'hui comparaissent, devant la cour d'assises de la Drôme, présidée par M. Berjot, les quatre bandits Louis David, Urbain Liottard, Pierre Berruyer et Lucien Brunier, surnommés les "Chauffeurs de la Drôme" et qui sont accusés de douze assassinats, de trois tentatives d'assassinats et de vols qualifiés.

Les accusés sont au nombre de cinq. Leur chef David est âgé de 30 ans ; il est né à Boulogne (Seine) et fut, tour à tour, ouvrier cordonnier et marchand forain ; il habite Tournon et Bourg-de-Péage. Urbain-Célestin Liottard, est âgé de 46 ans, et est originaire de Peegros-la-Clastre (Drôme). Pierre-Auguste Berruyer, est âgé de 35 ans, né à Margès (Drôme), ouvrier cordonnier à Romans. Jean Lamarque, 26 ans, né à Bordeaux, cordonnier : il est en fuite et la police le recherche toujours, Louis-Lucien Brunier, âgé de 32 ans, né à Alixan (Drôme), ouvrier boulanger, habitait en dernier lieu à Levallois-Perret : il est marié et a des enfants : c'est le moins compromis de tous ; Il n'a joué en quelque sorte que le rôle de comparse.

Liottard et Berruyer, ayant été arrêtés pour vols par le parquet de Tournon, rejetèrent la responsabilité de leurs méfaits sur leur complice David. Ce dernier, arrêté à son tour, résolut de se venger. Peu a peu, il révéla an juge d'instruction de Tournon. non seulement les crimes auxquels il avait participé avec Liottard, Berruyer et Lamarque, mais encore les forfaits auxquels il avait été étranger et dont il avait reçu la confidence.

Les bandits furent alors conduits devant le parquet de Valence, qui arracha des aveux a Liottard et à Berruyer. On tenait enfin les mystérieux chauffeurs de la Drôme. Au cours des confrontations qui eurent lieu sur les divers théâtres des crimes, des incidents violents se produisirent, les accusés se menacèrent, s'invectivèrent et David s'écria un jour : Comme chef de notre bande, je sais que j'irai le dernier au supplice, mais j'aurai au moins auparavant le plaisir de voir vos hideuses têtes grimacer dans le panier.

En raison des nombreux témoins a entendre, ces débats dureront certainement une huitaine de jours. David, Liottard et Berruyer seront respectivement défendus par Maîtres Joulie, Ferlin et Pey, du barreau de Valence. L'acte d'accusation rappelle que, faisant revivre les mœurs de certains criminels célèbres du Nord, les accusés faisaient griller la plante des pieds de leurs victimes pour les contraindre à dévoiler la cachette de leur trésor, d'où la dénomination, de "chauffeurs", appliquée aux sinistres bandits. Le bilan des exploits des accusés se chiffre par dix cadavres, cinq tentatives d'assassinat et huit vols qualifiés, non compris les vols simples que l'accusation n' a pas crû utile de relever. (...)

La Presse – 3 juillet 1909

cent_ans

Le verdict

Folies_bergeres___La_danse_du_feu

EN BREF

230 heures sans manger - Saint-Gall, 2 juillet — Giovanni Pedrosoli, Agé de vingt-et-un ans, italien, l'une des victimes de l'éboulement du tunnel de Bruggwald a pu être retiré des décombres cet après-midi, après avoir passé 10 jours, exactement 230 heures, enseveli dans, les ténèbres. Depuis plusieurs jours les sauveteurs communiquaient avec lui mais sans pouvoir, lui faire parvenir de nourriture. Les travaux de sauvetage avaient été rendus extrêmement difficiles par les éboulements continuels et les obstacles formés dans la galerie par des poutres et des wagonnets. L’état de Pedrosoli est encore incertain. Le Matin – 3 juillet 1909

uk Un barrage s'effondre à Newport – 40 ouvriers tués - Un effroyable accident qui rappelle celui qui se produisit il y a quelques mois dans les docks Alexandra, a Birkenhead, et au cours duquel vingt terrassiers trouvèrent la mort, a eu lieu cet après-midi à Newport dans le pays de Galles. Une centaine d'ouvriers travaillaient dans le nouveau dock quand un barrage s'effondra soudain, les ensevelissant tous sous un amas de pierres et de matériaux. La mer, que ce barrage retenait, trouvant une issue se précipita alors avec une force terrible dans le dock, entraînant tout sur son passage. Une quarantaine d'ouvriers ont péri. Le Petit Parisien – 3 juillet 1909

uk Double assassinat à Londres - Hier soir, à onze heures, au moment où prenait fin une réunion publique tenue à l'Impérial Institute, un étudiant hindou nommé Dhinagri a tué à coups de revolver le lieutenant-colonel sir W. Curzon Wyllie, officier en retraite du service des Indes, et Le docteur Cawas Lalcaca, de Shanghaï. L'assassin a été mis en état d'arrestation. On a trouvé sur lui deux revolvers chargés, un poignard et un couteau. Le Temps – 3 juillet 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire