CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

10 juil. 09

Les actualités du 10 juillet 1909

Tour_1909  3e étape – 2e victoire de Faber

champions cyclistes AlcyonMetz, 9 juillet — L'administration céleste est vraiment trop prodigue. Nous avions, hier soir, l'espoir que le temps serait enfin fatigué d'être malade ; or la distribution, des eaux a recommencé a la tombée de la nuit et lorsqu'à une heure ce matin nous nous sommes levés pour nous rendre au contrôle la pluie dégringolait avec une violence inouïe. Il n'y avait aucune hésitation, les pauvres coureurs allaient à nouveau faire preuve de courage mais ce courage allait avoir à subir encore une bien dure épreuve.

Lorsque nous arrivons à la brasserie Landstuhl où est installé le contrôle, nous sommes surpris de voir une foule énorme qui attend depuis longtemps pour saluer les routiers. Les opérations s'effectuent rapidement, sous la direction de Danglard pendant que M. Desgrange et Desmarets discutent avec les représentants des maisons sur l'opportunité de retarder l'heure de départ à cause du temps exécrable.

Une petite accalmie se produit, mais pour peu de temps, malheureusement, car, à 3 h. 30, la pluie et le vent font rage. Officiels et coureurs, en groupe se rendent à Montigny (2 kil,) où, à 4 heures précises le départ est donné. Cent trente-deux concurrents sont partis.

Malgré l'état des routes le train du début est des plus vifs et Faber, Alavoine, Cornet, Garrigou sont au commandement Deux kilomètres après Jouy-aux-Arches, à la suite d'une chute, le peloton est disloqué; Ganna est blessé aux genoux. A la frontière (14 kil.) Vanhouwaert et Faber passent seuls en tête. Dans les flaques de boue, au milieu des routes transformées en ruisseaux, les vaillants cyclistes avancent toujours et pendant que les deux leaders activent l'allure, les quatorze hommes du second peloton se débattent entre eux.

Finalement les clous font encore des vides et, au moment où nous arrivons à Nancy (50 kil.), F. Faber et Vanhouwaert quittent le contrôle qui est dirigé par l'ami Beaudoin. Il est 5 h. 20; A 5 h, 24 Ringeval passe seul et 4 minutes après E. Faber, Alavoine, Brambilla, Deloffre et Blaise s'arrêtent. A 5 h. 30, Garrigou Gabory, Lapize, Ménager, Ganna et Chiodi.

En même temps arrive Lapize qui, grièvement blessé à la suite d'une chute dans la descente, revient au contrôle et déclare abandonner; malgré toutes les exhortations, il ne semble pas vouloir revenir sur sa décision ; le médecin déclare d'ailleurs qu'il lui est impossible de continuer. Passent ensuite : à 5 h. 36, Cruchon, Lachaize et Langlade ; à 5 h. 37, Zavati et Demaria; à 5 h. 38, Cornet et Trousselier, ce dernier s'arrête pour soigner une blessure au genou.

Epinal, 9 juillet – Nous rejoignons les deux hommes de tête à la sortie de Lunéville (83 kil.) où la Société sportive a fait les choses magnifiquement pour fêter les "Tour de France". A Rambervillers, pour la seconde fois, Vanhouwaert crève, et le valeureux F. Faber en profite pour, s'échapper. Le pauvre Cyriel est désespéré ; il répare et repart a la poursuite de François.

A Epinal, 149 kil. de Metz, à 110 kil. de Belfort, F. Faber signe à 8 h. 53 ; le vainqueur de Roubaix-Metz est remarquable de fraîcheur. Vanhouwaert, qui arrive A 9 h. 10, s'arrête ici un bon quart d'heure. Il nous conte ses malheurs et ne parle rien moins que de laisser ça là ! Ringeval et Ernest Faber signent ensemble à 9 h. 21. Dix minutes après, Garrigou, Duboc, Alavoine et Christophe font leur apparition. A 9 h. 40, Ménager et Gabory signent et repartent aussitôt ; à 9 h. 41. Maitron ; à 10 h. 8, Fleury, Ricaux et Saviatti, tous en excellent état ; à 10 h. 15, Bettini ; à 10 h. 22, Lachaise.

Décidément, nos coureurs n'ont pas de chance avec l'affreuse pluie, le vent de bout et les clous, autant de choses qui font que le record des crevaisons est aujourd'hui battu, beaucoup ont été victimes de chutes. Ganna, qui possédait de belles chances à la victoire, a fait deux chutes dans la matinée, dont une grave aux environs de Baccarat. Le champion italien abandonne à Epinal. Un qui n'est vraiment pas veinard, c'est ce pauvre Trousselier. Avant-hier il fut dix fois arrêté par les crevaisons, et aujourd'hui, une chute terrible vient de le mettre hors de course; (...) Le médecin lui prodigue soins et vraisemblablement, il ne pourra repartir.

Belfort, 9 juillet – Nous avons rejoint Faber à Ferdrups (193 kil.); le champion d'Alcyon est aussi frais qu'au départ et c'est à belle allure qu'il a escaladé la fameuse rampe du. ballon d'Alsace. Malgré le temps peu engageant, les sportsmen étaient venus nombreux assister à l'assaut contre le record du regretté Pottier. Puis ce fut la descente rapide vers Belfort, où Faber arrivait à midi 58, ayant couvert les 259 kil. en 8 h. 56 m. 30 s. F. Faber quitte le quai Vauban où est installé de façon parfaite le contrôle d'arrivée pour se rendre à la grande Taverne, faubourg de France, signer la feuille de contrôle ; inutile de vous dire que la foule accompagne le vainqueur. Garrigou arrive à 1 h 31, puis Christophe fait son apparition 27 minutes après.

Voici d'ailleurs le classement officiel:

1. François Faber, sur bicyclette Alcyon, munie de pneus Dunlop, à midi 58, soit en 8 h. 56 ;

2. Garrigou, sur Alcyon, munie de pneus Dunlop, à 1 h. 31, soit en 9 h. 29 ;

3. Christophe, sur Alcyont pneus Dunlop, à 1 h. 58, soit en 9 h. 56 m. ;

4. Ernest-Paul dit Faber, sur Alcyon, pneus Dunlop ; 5. Ménager, 6. Vanhouwaert. 7. Duboc, sur Alcyon, pneus Dunlop ; 8. Alavoine, sur Alcyon ; 9. Maitron, 10. Gabory, etc.

Rappelons que l'an dernier F. Faber avait gagné la même étape en 9 h. 30, précédant Petit-Breton, Garrigou et Cornet.

Nous apprenons à l'instant que toutes les maisons italiennes, découragées par les multiples incidents auraient décidé d'abandonner la lutte ; par conséquent tous les coureurs italiens ne se représenteraient pas au départ de la quatrième étape. (...)

Le classement général après les trois premières étapes s'établit comme suit :

1. François. Faber, sur Alcyon, 2, 1, 1, 4 points ; 2. Garrigou, sur Alcyon, 7, 5, 2, 14 points ; 3. Christophe, sur Alcyon, 5, 7, 3, 15 points ; 4. Vanhouwaert, sur Alcyon, 1, 9, 6, 16 points, etc..

La Presse – 10 juillet 1909

La quatrième étape

Velodrome_du_Montet

EN BREF

Est-ce aujourd'hui que Latham prendra son envol ? Les monteurs de Latham ont reçu l'ordre de faire diligence et de travailler toute la nuit. On ne croit pas cependant que l'aéroplane soit prêt avant demain midi. Latham pourrait alors partir demain soir, mais en renonçant à faire des essais. Le maire de Douvres a fait savoir au maire de Calais qu'il préparait une réception à l'aviateur et à ses amis. Depuis que l'aviateur Latham a fait choix des falaises du Blanc-Nez, pour établir son quartier général, en vue des préparatifs qu'il devait faire en prévision de sa tentative de traversée du pas de Calais en aéroplane, une affluence inusitée de touristes traverse le village de Sangatte pour se rendre à l'ancienne usine du tunnel sous-marin. Chaque jour, des centaines d'automobiles de toutes formes et de toutes dimensions, dévorent les huit kilomètres qui séparent Calais de la falaise. Mais l'aviateur, qui redoute les indiscrétions des curieux a pris des mesures pour endiguer ce flot de visiteurs. Le Petit Journal – 10 juillet 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]