CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

03 août 09

Les actualités du 3 août 1909

Cherbourg Tsar Tsarine Président Fallieres

Le Tsar à Cherbourg

Hier matin, la famille impériale a assisté à un office religieux célébré sur le Standart puis le tsar a reçu une délégation de vétérans ayant fait la campagne de Crimée et qui était composée de MM. Boucheny, Despeyroux et Baudou. II a revu ensuite une délégation de la Société des médaillés militaires. Il a eu enfin, dans la matinée, une conversation avec M. Pichon, ministre des Affaires étrangères.

Pendant que le tsar recevait sur le Standart les délégations de vétérans et médaillés, le président de la République quittait la Vérité et embarquant dans une chaloupe faisait une rapide apparition, mais sans descendre à terre dans les bassins de l'arsenal. Il s'est arrêté quelque instants sur le Bouvines et sur le Hequin, et est rentré aussitôt après sur la Vérité.

A 5 heures, le tsar la tsarine. le président, et les personnages de la suite ont pris le thé sur la digue. Pendant le thé trois hydroplanes ont exécuté à un rapidité vertigineuse des évolutions qui ont attiré l'attention de leurs Majestés. L'empereur, l'impératrice et le président sont ensuite montés sur le terre-plein du Fort Central pour assister aux plongées de cinq sous-marins et submersibles qui ont eu lieu en pleine mer et ont parfaitement réussi. L'empereur a vivement félicité le ministre de la Marine. Avant de quitter la digue, leurs Majestés et le président ont complimenté MM, Coulon. de Korwinu et Lelas. Le soir a eu lieu un diner sur le Standart.

L'empereur a offert différents cadeaux aux personnages de la suite du Président. Il a en outre conféré à Monsieur Pichon la Grand-Croix avec brillants d'Alexandre-Newsky. La même décoration a été conférée aux ministres de la Guerre et de la Marine. La croix de Sainte-Anne a été donnée à MM. Ramondou et Chéron, à M. Dutasta, directeur du Cabinet des Affaires étrangères, ainsi qu'au colonel Griache aux commandants Laugier et Bard. M. Hennion a reçu la plaque de Sainte-Anne.

C'est M. Mollard qui a été chargé de porter les présents de M. Fallieres à l'Impératrice, ainsi qu'au prince héritier et aux grandes-duchesse.Il a offert à l'impératrice une tapisserie des Gobelins représentant Neptune et Alcyone d'après le carton de Boucher. Cette tapisserie est tissée laine et soie avec fond damassé jaune; elle a été exécutée de 1900 à 1904.

Les jouets, produits de l'art parisien, que M. Fallières, à Cherbourg comme à Reval, voulut offrir aux enfants impériaux, leur avaient été apportés dans l'après-midi. Les douze fusils de divers modèles, les tambours et les clairons destinés au tsarévitch, la maison de poupée à deux étages éclairée à l'électricité avec ascenseur, comprenant salon, salle à manger, chambres à coucher, les élégantes poupées articulées avec trousseau complet, costumes, présentées aux grandes-duchesses furent d'autant mieux accueillis que l'image des sous-marins, maintenant enfermée dans les kodaks, était encore présente à ces imaginations d'enfants.

La Croix – 3 août 1909


EN BREF

allemagne La foire de Dresde en feu - La foire de Dresde est en feu. 128 baraques en toile, 2 cirques, 4 salles de concert, 233 boutiques brûlent. La garnison entière à été alarmée, mais a été impuissante à combattre l'incendie que des explosions de gaz ont étendu avec une rapidité foudroyante. On a sauvé cinquante blessés. Il est impossible de connaître le nombre des morts restés dans la fournaise.Il y avait trois mille personnes à la foire au moment de la catastrophe. L'incendie s'est déclaré dans un- cinématographe. Le Figaro – 3 août 1909

Épingles meurtrières- On a maintes fois signalé le danger qu'offrent ces longues épingles que les femmes piquent dans leur coiffure pour faire tenir leurs chapeaux démesurés. En Allemagne, une ordonnance de police les interdit.Elle a raison. Dimanche, avenue de l'Opéra, une dame qui regardait la devanture d'un magasin a, en se retournant brusquement, crevé l'œil de M. Lucien G., entrepreneur aux Lilas. Procès-verbal a été dressé par M. Péchard. La Croix – 3 août 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires

Poster un commentaire