CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

17 août 09

Les actualités du 17 août 1909

Aux morts pour la patrie

Mars la tour 16 aout

Les héros de Mars-La-Tour - Mars-La-Tour, 16 août. Aujourd'hui a eu lieu, à Mars-la-Tour la grande manifestation patriotique annuelle, en commémoration des glorieux combats des 14, 15 et 16 août 1870. Comme chaque année, cette solennité avait attiré une foule énorme de patriotes venus de tous les points de la région par des trains spécialement organisés par la Compagnie de l'Est. Nombreuses sont les sociétés ou délégations de sociétés de vétérans, de gymnastes et autres venues avec leurs drapeaux et leurs insignes. Toutes ont apporté de superbes couronnes cravatées de rubans tricolores. A signaler également la présence d'un grand nombre d'Alsaciens-Lorrains venus des pays annexés.

Cette fois, le programme de la cérémonie comportait, en plus du service funèbre célébré dans la chapelle élevée en l'honneur des soldats morts dans les combats autour de Metz, et du pèlerinage au groupe commémoratif, l'inauguration d'un petit monument érigé au lieu dit : "Le fond de la cuve", dans le ravin de Grizieres. A cet endroit eut lieu un engagement particulièrement sanglant où tombèrent pêle-mêle Français et Allemands. Un fait glorieux pour nos armes s'y produisit. C'est la, en effet, que le sous-lieutenant Chabal prit le drapeau du 3° westphalien. Le héros de ce bel épisode, aujourd'hui commandant et chevalier de la Légion d'honneur, assistait à l'inauguration du monument devant lequel de patriotiques discours ont été prononcés.

Les combattants de Gravelotte - La messe solennelle commémorative que fait dire, chaque année, l'Association des combattants de Gravelotte et de l'armée du Rhin, a été célébrée ce matin en l'église métropolitaine de Notre-Dame. Se trouvant empêché au dernier moment. Mgr Amette, archevêque de Paris, qui devait présider cette solennité, s'était fait représenter par M. l'abbé Thomas, archidiacre et vicaire général du diocèse.

La messe a été célébrée par M. l'abbé de Laguibourgère, chanoine titulaire de Notre-Dame, qui assista à la bataille de Grave-lotte au titre d'aumônier militaire. Un catafalque entouré d'étendards occupait le centre du chœur. Le président de la République s'était fait représenter à cette cérémonie par le colonel Griache. Les généraux Florentin, grand-chance lier de la Légion d'honneur, et Dalstein s'étaient fait chacun représenter par un officier d'ordonnance.

De nombreuses, délégations de sociétés militaires étaient venues apporter à leurs anciens camarades l'hommage de leur souvenir. Parmi celle-ci citons: Les anciens combattante de Gravelotte. les anciens combattants du Mexique, les cuirassiers de Reischoffen, la 4° section des Vétérans, le canon école de Paris. Ces diverses sociétés avaient envoyé leurs drapeaux et étendards. (...) Après une brillante allocution au cours de laquelle M. L'abbé Saulnier a retracé en images frappantes la bataille de Gravelotte, la foule s'est écoulée silencieusement et impressionnée.

La Presse – 17 août 1909

Inauguration d'un monument allemand à Mars-La-Tour

EN BREF

Italie Un tramway flambe – Naples, 16 août - La nuit dernière, un tramway du Pausilippe bondé de voyageurs revenait d'une fête au bord de la mer, lorsqu'un incendie se déclara dans la voiture. Les voyageurs pris de panique s'enfuirent. Pendant la bousculade, deux femmes tombées ont été mortellement bléssées. Dix autres personnes, gravement atteintes ont été transportées à l'hôpital. Le Petit Parisien – 17 août 1909

Noyés dans un égout – Toulouse, 10 août - Un violent orage qui s'est déchainé ce matin a caué deux morts dans un égout, rue Matabiau.Deux ouvriers, M. Pierre Salves, âgé de cinquante-trois ans, et son manœuvre, Jean Icard, âgé de quatorze ans, étaient descendus dans cet égout ce matin à huit heures pour y effectuer des réparations. Ils furent surpris par l'énorme, quantité d'eau qui s'engouffrait dans l'égout au moment de l'orage ; ils ne purent sortir, et l'eau emporta les deux hommes dans le canal. On a pu retirer le cadavre de M. Salves ; celui de son compagnon n'a pas encore été retrouvé. Le Petit Parisien – 17 août 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]