CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

20 août 09

Les actualités du 20 août 1909

Mars la tour monuments allemands

Inauguration d'un monument allemand à Mars-La-Tour

Ce matin, on a inauguré près de Mars-La-Tour, un monument élevé à la mémoire des officiers et soldats du 1er régiment de dragons de la garde royale prussienne tués à cet endroit, le 16 août 1870, dans les grandes charges qui marquèrent la fin de la journée de Rezonvlle. Le monument se compose d'un énorme monolithe de quinze tonnes, qu'on a amené, non sans peine, des forêts du Brandebourg ; il s'élève sur la voie romaine, à une vingtaine de mètres de la frontière.

La cérémonie a présenté un caractère spécial, en raison de la présence d'officiers allemands en grand uniforme. Le gouvernement français, a la suite d'une démarche de l'ambassade allemande à Paris, avait autorise ces officiers à venir, en territoire français, assister à l'inauguration du monument ; ils étaient deux, sur les dix qui composaient la délégation allemande : le major Von Barensprung et le major baron Von Zedlitz-und-Leipe.

A neuf heures vingt, huit automobiles, amenant les délégués et les officiers, arrivent à la frontière, où ils sont salués par le capitaine de gendarmerie Pacault ; celui-ci accompagne la députation auprès du monument. Au moment de leur arrivée, les officiers allemands et le général de division comte Von Dohna, qui est en civil, saluent le sous-préfet de Briey, le maire et le curé de Mars-laTour.

L'affaire avait été tenue secrète jusqu'au dernier moment ; malgré cette discrétion des autorités, une foule considérable de Lorrains des deux côtés de la frontière assistaient à la cérémonie, qui a été fort simple. Dans le cortège officiel figuraient, outre les officiers en uniforme et en civil, des députations d'anciens cavaliers des dragons de la garde prussienne et de nombreux combattants de 1870, allemands et français. Au pied du monument, le colonel du 1er dragons de la garde impériale allemande prononce une courte allocution, en allemand, où il rappelle l'héroïsme des dragons de la garde le 16 août 1870. Le major Von Zedlitz prend ensuite la parole, en français.

Monsieur le maire, dit-il venu ici pour rendre hommage à nos camarades tombés au champ d'honneur et qui reposent sur la terre de France, je tiens à vous exprimer, au nom de notre régiment, nos remerciements pour le bon accueil qui nous a été fait. Cet accueil ne nous a pas étonnés, car la nation française, chevaleresque entre toutes, a toujours honoré la bravoure et respecté les morts. Par votre présence, monsieur le maire, vous sanctionnez cette antique tradition et nous vous remercions d'être venu assister à cette simple cérémonie. Vous voudrez bien aussi transmettre nos remerciements au gouvernement français. Nous mettons donc sons votre garde ce roc de granit et nous vous prions, monsieur le maire, de veiller sur lui afin qu'il atteste, par son existence, qu'en ce jour les représentants des deux grandes nations ont salué des braves morts tombés en faisant leur devoir. Aux glorieux soldats français, également tombés sur le même sol et qui reposent tout près des notres, notre régiment envoie un hommage d'admiration et de sympathie.

Puis M. Seners, maire de Mars-la-Tour, en quelques courtes paroles très vibrantes, a fait la promesse que le monument serait gardé et entretenu avec le même soin pieux que tous les autres monuments essaimés sur toute l'immense plaine, témoin des mémorables chocs d'il y a trente-neuf ans.

La cérémonie est finie ; les officiers allemands et les délégations présentes déposent sur le mo nument dés couronnes cravatées de bleu et de blanc. La députation s'est rendue au musée militaire de Mars-la-Tour, où elle a été reçue par le curé ; puis elle est allée déposer une couronne sur le monument national français. A dix heures, les officiers allemands reprenaient, en automobile, la route vers la frontière.

Au même moment, tout près de là, plusieurs compagnies du 151e d'infanterie, en garnison a Lunéville, faisaient un pèlerinage patriotique au monument inauguré lundi dernier pour commémorer la prise, le 16 août 1870, d'un drapeau allemand.

Rappelons que, vers la fin de la bataille de Rezonville, le 1er régiment de dragons de la garde prussienne, colonel Von Auerswald, reçut l'ordre de charger les troupes de la division française de Cissey, qui venaient d'écraser, dans le ravin du Fond de la Cuve, la brigade Von Wedell ; c'est à cette brigade, on le sait, que nous prîmes un drapeau. La charge allemande fut héroïque ; le régiment eut 9 officiers tués, dont son colonel, 4 officiers blessés et 1 disparu, et 82 dragons hors de combat.

Le Gaulois – 20 août 1909

Clinique_Cheron

EN BREF

uk Le parlement anglais accepte l'Union sud-Africaine - Londres, 19 août — La discussion a la Chambre sur le projet de loi de l'Union sud-africaine a abouti cette nuit à l'adoption de ce projet en troisième lecture. De nombreux orateurs ont déclaré regretter la décision prise dans l'Afrique du Sud, décision d'après laquelle les personnes de couleur ne doivent pas siéger au Parlement de l'Union. La politique du gouvernement anglais consiste cependant à laisser aux habitants de l'Afrique du Sud toute liberté pour décider cette question et à se fier à la générosité des blancs dans ce pays, et la Chambre, par son vote, a approuvé sous ce rapport l'attitude ministérielle. Le Matin – 20 août 1909

Italie Dix personnes foudroyées en Italie - Un effroyable accident vient de se produire à Alginate, qui se trouve à quelques kilomètres de Lecco. Par suite de la chute du câble électrique de haute tension, sur un fil servant à l'éclairage de la ville, les fils conduisant la lumière dans les maisons particulières ont pris feu. Des familles effrayées, ignorant qu'un contact existait, ont essayé d'éteindre l'incendie. Dix personnes ont été foudroyées, vingt autres ont été plus ou moins sérieusement blessées. Les autorités et les pompiers dè Lecco sont partis pour Alginate où la consternation est immense. Le Petit Journal – 20 août 1909

Une table à cheval sur deux pays - New-York, 17 Août - De tous les repas officiels qui auront lieu à la prochaine tournée que fera le président Taft à travers les Etats-Unis, le plus original sera certainement le banquet que lui offriront les habitants d'El Paso,.dans le Texas. Les convives se réuniront à une table dressée sur le grand pont du Rio-Grande et en occupant toute la longueur. Une extrémité de la table sera sur le territoire des Etats-Unis et l'autre sur le territoire mexicain. La lisière entre les deux Etats sera marquée par quelques vases remplis de bouquets de roses. Les deux chefs d'Etat seront voisins de table et converseront ensemble tout en restant chacun dans son pays. Le Petit Journal – 20 août 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]