CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

27 sept. 09

Les actualités du 27 septembre 1909

ballons aero club 1909

Grand prix de l'Aéro-club de France: Trente aérostats s'élèvent de l'esplanade des Invalides

Précédemment, le départ du Grand Prix annuel de l'Aéro-Club de France eut toujours lieu ou au parc des Coteaux de Saint-Cloud ou aux Tuileries. Ces deux emplacements, assez restreints, ne permirent jamais de grouper plus d'une vingtaine de ballons.

Cette année, c'est à l'esplanade des Invalides qu'a été organisée cette importante épreuve. Les vastes dimensions de l'esplanade ont permis à l'Aéro-Club de faire plus grandiose qu'autrefois, et c'est un total de trente aérostats qui, hier après-midi, se sont élevés de ce point

Dix d'entre eux — de petits cubes : 600 à 900 mètres — sont partis vers trois heures en vue du concours d'atterrissage. Les vingt autres, concurrents du Grand Prix de distance, cubant de 900 à 1.600 mètres, se sont éloignés à 4 h. 30.

Une foule extrêmement nombreuse, tant dans les enceintes réservées qu'aux abords de l'esplanade des Invalides, sur le pont Alexandre-III, l'avenue Nicolas-II et la place de la Concorde même s'est intéressée à l'épreuve, assistant dans la matinée au gonflement des énormes sphères jaunes et blanches et l'après-midi à leur envolée.

Un vent du nord-ouest assez vif soufflait au moment du départ, et sous sa poussée, les ballons se sont dirigés vers le sud-est. Dans ces conditions, si le vent ne tourne pas il est certain que les concurrents du Grand Prix accompliront de magnifiques voyages.

Le Petit Parisien – 27 Septembre 1909

EN BREF

La troupe sicilienne au théâtre Réjane - Mme Réjane avant de reparaître elle-même sur son théâtre, l'a prêté pour quelques jours à la troupe sicilienne de Mme Mimi Agluglia. Nous avons déjà apprécié à Paris l'an dernier le jeu naturel et sincère des artistes siciliens, leur pantomime si expressive dans son exubérance méridionale qu'on peut suivre l'action aisément, même lorsque l'on comprend médiocrement leur langue. Pour symboliser sans doute l'union des races latines, Mme Mimi Aguglia a inauguré ses représentations sur la scène parisienne par la Peccadora (la Pécheresse) de M. Guimera, pièce traduite de l'espagnol en italien C'est l'histoire d'une belle enfant prodigue et repentante, qui avant de mourir, poitrinaire, comme la Dame aux Camélias, revient à son village natal. Ce drame ne nous a point paru très neuf. Mais Mme Mimi Aguglia joint au charme d'une étrange beauté tous les dons d'une grande comédienne. Elle est morte de la façon la plus tragique. On l'a justement acclamée. Le Petit Parisien – 27 Septembre 1909

Italie Émeute dans une prison italienne - Rome, 26 septembre- Une émeute a éclaté dans la prison de Parme. Une soixantaine de détenus, après avoir barricadé la porte; ouvrirent les fenêtres et se mirent à crier de toutes leurs forces pour demander le renvoi du gardien-chef et du médecin de la prison. A leurs cris, les passants s'accumulèrent sur la place devant la maison de détention. A travers les barreaux de leurs fenêtres les détenus haranguaient la foule, demandait surtout d'être débarrassés du médecin. Un des prisonniers racontait qu'un détenu malade avait été battu et ensuite envoyé à l'infirmerie. La foule grossissant on dut avoir recours à la police. Des coups de revolver furent tirés pour effrayer les révoltés qui s'étaient barricadés avec des chaises et des bancs. Après plusieurs heures de pourparlers on parvint à les calmer et ils rentrèrent dans leurs cellules. Un garde qui avait été enfermé par l'un des révoltés fut libéré dès que le calme eut été rétabli Le corps de garde a été renforcé. Le Matin – 27 septembre 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire