CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

10 oct. 09

Les actualités du 10 octobre 1909

louvre galerie apollon

Le Louvre met ses tableaux sous verre

Depuis le commencement de cette semaine les visiteurs du Louvre se sont aperçus, avec un profond étonnement que dans les galeries de peinture du musée on méttait sous verre les tableaux. Déjà, en 1901, a la suite de grattages opérés au canif sur quelques ménagères hollandaises dans des compositions de Lingelbach et de Berghem, l'ancien directeur des musées nationaux, M. Kaempfen, ne disposant d'aucun crédit pour augmenter le nombre des gardiens, avait fait mettre sous glace, à ses frais, une cinquantaine de petites toiles posées sur la cimaise dans différentes parties du musé et en particulier dans la salle Lacaze.

Quand un imbécile et une folle, à quelques mois de distance, lacérèrent en 1907 deux des toiles les plus estimées du Poussin et d'Ingres, le sous-secrétaire d'Etat aux beaux-arts, M. Dujardin-Beaumetz, jugeant sa responsabilité engagée, intervint, et s'adressant au conseil des musées, l'invita à lui faire savoir s'il estimait qu'il put être utile, pour préserver les tableaux du Louvre d'actes de vandalismes analogues, de les protéger par des glaces.

Le conseil des musées se prononça pour l'affirmative. M. Dujardin-Beaumetz, en conséquence, soumit au Parlement une demande de crédit de 20,000 francs destinée à payer les frais de cette mesure. Les deux Chambres se rallièrent à cette proposition et le crédit fut voté en fin de session, dans les derniers jours de 1908.

Une commande de glaces, d'épaisseur variable suivant la dimension des tableaux, fut faite à la manufacture de Saint-Gobain, et depuis une huitaine, une équipe de gardiens est occupée, dans le musée, à la mise sous verre des toiles qui figurent sur la liste dressée par le conservateur des peintures.

A l'heure actuelle, la besogne est déjà faite en partie. Les Raphaël, les Corrège, les Léonard de Vinci, les Titien du salon Carré sont protégés par des glaces. L'opération est également terminée dans la galerie des primitifs italiens et dans une partie des petites salles flamandes et espagnoles réparties autour de la grande salle des Rubens.

Le Départ pour Cythère, de Watteau, la Cruche cassée et la Petite laitière, de Greuze, les fresques de la villa Lemmi, de Botticelli, placés dans d'autres parties du musée, sont également, depuis ces derniers jours, protégés par des glaces. L'opération sera entièrement terminée, pour tous les tableaux compris dans le programme du conseil des musées nationaux, dans les premiers jours de la semaine prochaine.

Le Temps – 9 octobre 1909


Catastrophe à Genève

A Bordeaux, on celebre Bacchus et le vin

Les fêtes de nuit du jardin de Paris


grands_magasins_du_louvre

Le poulain du roi triomphe au derby d'Epsom

Mi-Carême sous la pluie

Mort du dessinateur Caran d'Ache


EN BREF

Le Meeting d'aviation de Juvisy – 3e journée - La journée d'hier a été meilleure que les précédentes; le temps était assez favorable et le vent presque nul à certains moments. Sur la fin de la journée, le public était assez nombreux. L'aérodrome finit de s'installer et il présente maintenant un aspect plus coquet. Sur la piste, on a indiqué aux aviateurs, par des drapeaux bleus et blancs, les méandres de la Fausse-Orge, afin qu'ils n'ignorent point les dangers d'un atterrissage près des bords de ce ruisseau. Jusque vers quatre heures et demie de l'après-midi, aucun vol n'a été accompli. On avait bien disputé de midi à deux heures et demie le prix du Lancement, mais les aviateurs Gaudart, de Nabat et des Vallières essayèrent sans aucun succès de quitter le sol et de parcourir le kilomètre imposé par les conditions de ce prix. Seul le comte de Lambert donna satisfaction au public. Il réussit un très beau vol sur cinq tours de piste, faisant diverses évolutions. Au cours de cette épreuve, l'aviateur ayant manqué le passage en dehors d'un des minuscules pylônes qui jalonnent la piste, les commissaires décidèrent que le vol tout entier serait annulé. Vers le soir Richet, ancien mécanicien du capitaine Ferber, qui n'est pas engagé dans le meeting, a fait un vol de trois tours de piste. Quant aux autres concurrents inscrits, on ne les a pas vus. Le beau temps d'aujourd'hui dimanche va certainement amener des foules considérables à Juvisy, car le public parisien s'intéresse énormément à ces épreuves d'aviation. Il serait à souhaiter que sur une liste de quarante-trois engagés, on en voie plus d'un ou deux dans l'atmosphère. Le Temps – 11 octobre 1909

uk Londres – Manchester - Cody a tenté hier matin de gagner le prix de 250,000 francs attribué à l'aviateur qui effectuerait le parcours de Londres à Manchester. Il venait de prendre son vol vers sept heures, aux applaudissements de tous les assistants, lorsqu'il fut obligé d'atterrir presque aussitôt, le moteur étant inondé d'huile qui avait coulé toute la nuit par un robinet laissé ouvert. Pendant une heure et demie, l'aviateur travailla à déboucher le cylindre et tout le moteur des quatorze litres d'huile qui en empêchaient le bon fonctionnement, puis il s'enleva de nouveau. Le moteur continuant à mal marcher, M. Cody redescendit quelques instants après et renonça alors à tenter l'épreuve. Les onze ballons captifs qui devaient jalonner la route de l'aviateur de Londres à Manchester, ont été rentrés dans leurs hangars. Cody a fait emballer aujourd'hui son aéroplane pour le transporter à Doncaster. Le Figaro – 11 octobre 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire