CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

20 nov. 09

Les actualités du 20 novembre 1909

ota

Un village corse emporté par un éboulement

Ajaccio, 19 novembre. Les pluies torrentielles qui tombent sans discontinuer depuis une dizaine de jours ont provoqué hier un important éboulement dont a eu fort à souffrir le village d'Ota, bâti en amphithéâtre sur le flanc d'une montagne, dans un des sites les plus pittoresques de Corse. Sous l'action de l'eau un des énormes rochers qui surplombent le village s'est détaché entraînant à sa suite une énorme masse de terres et de rochers.

L'éboulement a tout emporté sur son passage. Quatre maisons ont été détruites ; plusieurs autres ont été fortement endommagées. L'amas de terres et de rochers est allé s'abîmer, après un parcours de deux kilomètres au fond du ravin de la Spelunea qui a été en partie comblé.

On n'a malheureusement pas que des dégâts matériels à déplorer. Sous les ruines de l'une des maisons effondrées on a, en effet, trouvé les cadavres de Dominique Alfonsi, quarante-cinq ans, et de son fils, Antoine, âgé de sept ans. En outre, une quinzaine de personnes ont été assez sérieusement blessées. Les plus gravement atteintes ont été transférées à l'hospice d'Ajaccio.

Nombre de familles, qui ont tout perdu, se trouvent actuellement sans abri. Des secours urgents ont été demandés. Le service des ponts et chaussées avait, à maintes reprises, signalé le danger que présentait pour le village d'Ota l'instabilité des rochers qui le surplombent, qui donnent aux touristes l'impression de ne pas adhérer à la montagne. Cependant la population ne s'était pas émue.

Il est vrai que d'après une légende à laquelle les gens de la région accordent la plus grande créance, des fées bienfaisantes tiennent à l'aide de fils ces masses rocheuses et chaque année, au mois de mai, des jeunes filles vont déposer, au pied de ces rochers une certaine quantité d'huile vierge destinée à oindre les cordes protectrices. Cette huile était, du reste, fort appréciée des fées car elle disparaissait régulièrement le lendemain du jour où elle avait été déposées.

Le Petit Parisien – 20 novembre 1909


EN BREF

Des spectacles à la bougie - Par suite d'un accident survenu, hier soir, dans une tranchée, rue du Château-d'eau, et au cours duquel un câble électrique avait été avarié, plusieurs concerts et music-halls du quartier Saint-Denis ont été privés de lumière.Le concert de la Scala et d'autres établissements ont dû rembourser le prix des places. D'autres théâtres ont continué leurs représentations à la lueur des bougies. Le Petit Parisien – 20 novembre 1909

Un volcan éteint depuis plusieurs siècles menace Ténériffe - Madrid, 19 novembre — On télégraphie de Tenériffe (îles Canaries) que le pic de Teyde éteint depuis plusieurs siècles, est en éruption. Trois cratères ouverts sur les flancs de la montagne, du côté des villages de Tanque et de Santiago, vomissent de temps en temps des laves. Jusqu'à présent les laves ne sont pas abondantes, et l'on ne peut encore déterminer quelle direction prendront ces matières incandescentes quand l'éruption aura atteint son complet développement. De très fortes détonations se font entendre ; on les perçoit à quarante kilomètres. Les tremblements de terre furent fréquents dans la région ces temps derniers et ils semblent avoir été les précurseurs de cette éruption, dont il est impossible pour l'instant de prévoir l'intensité. Une zone très peuplée, où se trouvent six grands villages appelés Guia, Santiago, Silos, Tanque, Garachico et Icoo, est menacée. La panique est immense. Les habitants fuient vers la côte, où les vapeurs qui font le cabotage vont les recueillir. On prépare activement l'évacuation de toute la région menacée. Les nouvelles reçues jusqu'à présent ne signalent pas de victimes. Le pic de Teyde a une hauteur de 2,715 mètres au-dessus du niveau de la mer, et il se trouve au centre de montagnes formées par des laves. Il domine une vaste et belle vallée aussi étendue que celle qui se trouve au pied du Vésuve et tout aussi fertile. Les villages actuellement menacés ont subi déjà plusieurs éruptions. La première remonte au quinzième siècle. Le village de Garachico fut détruit en 1706. Tout disparut; maisons, chemins, plantations, moulins, etc... Le souvenir de cette catastrophe augmente la panique actuelle. Le Matin – 20 novembre 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]