CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

03 déc. 09

Les actualités du 3 décembre 1909

manifestation etudiants

Graves incidents à la faculté de droit

De graves incidents se sont produits ce matin à la Faculté de droit. A la sortie des cours, qui s'étaient passés très tranquillement, les étudiants, au nombre de plus de quatre cents, se sont groupés dans la salle des Pas-Perdus de l'école et ont, comme d'habitude, poussé des cris divers. Voulant se réunir dans la cour qui donne sur la place du Panthéon, les jeunes gens trouvèrent fermées les portes d'accès. De là, colères et protestations. Quelques-uns s'emparèrent d'un banc et s'en servant comme d'un bélier réussirent à enfoncer les portes dont les vitres volèrent en éclat.

Le mouvement était donné : au milieu de la cour s'entassent bientôt des bancs et des caisses auxquels ont met le feu ; puis une ronde fantastique s'organise aux cris de : "Conspuez Lyon-Caen ! Démission !", etc...Tout à coup un formidable jet d'eau inonde les manifestants ; c'est un des appariteurs de la Faculté qui vient de mettre en jeu la prise d'eau du service d'incendie La première émotion passée, les étudiants grimpent dans les couloirs du premier étage et brisent à coups de canne les vitres de toutes les fenêtres.

Sur ces entrefaites, arrivent les pompiers de la rue de Poissy qu'un loustic s'était amusé à prévenir. Mais le feu est déjà éteint et, aux applaudissements des étudiants, les pompiers font demi-tour et regagnent leur caserne. Le service d'ordre, sous la direction de M. Fauvel, officier de paix du cinquième arrondissement, n'avait pas à intervenir, car, prudemment, les manifestants se tenaient à l'intérieur de la faculté où, seule, une réquisition du doyen permettait aux agents de pénétrer. M. Lépine est venu conférer avec M. Lyon-Caen sur les mesures à prendre pour éviter le retour, de pareils incidents.

La sortie des manifestants s'est effectuée sans tumulte ; tout rassemblement était d'ailleurs rigoureusement interdit.Le cours Nicolas, qui devait avoir lieu à quatre heures, a été de nouveau chahuté par les étudiants.A peine le professeur était-il entré dans la salle du cours que des cris "A bas Nicolas !", "A Nancy !" éclatèrent nombreux. Des projectiles de toutes sortes furent lancés contre le professeur et, parmi ces projectiles, se trouvaient des pois fulminants. Le professeur Nicolas, en haussant les épaules, se retira tranquillement.

La Presse – 3 décembre 1909


EN BREF

Une fusillade rue Drouot — Le gérant d'une importante maison de cafés, voisine d'une imprimerie de la rue Drouot, s'apercevait depuis quelque temps que des sacs de cafés déposés à l'entresol étaient déplacés chaque nuit. Il fit exercer une surveillance par trois de ses employés et avant-hier ceux-ci surprirent la concierge de l'immeuble voisin au moment où, se glissant par un vasistas qu'elle atteignit a l'aide d'une échelle, elle venait subreptice retrouver un galant à l'entresol en question. En apercevant trois hommes armés, le galant crut sa vie menacée et il tira un coup de revolver dans leur direction. Les employés ripostèrent. Ce fut quelques secondes durant une fusillade nourrie qui mit le quartier en émoi. Le plus amusant de l'histoire est que le mari qui rentrait de son travail à minuit et demi, requit des gardiens de la paix pour faire arrêter... l'amant de sa femme qu'il prenait pour un cambrioleur. Le Matin – 3 décembre 1909

Terrible chute d'ascenseur - M. Edmond Muller, 60 ans, loueur de voitures, locataire d'un immeuble 27,ter, Boulevard Diderot regagnait en ascenseur hier soir vers dix heures son appartement situé au sixième étage, lorsqu'à la hauteur du cinquième, le câble de l'appareil se rompit: entrainé avec l'ascenseur dans le vide l'infortuné vieillard vint s'abimer au fond de la cage. On le releva la cuisse droite et la colonne vertébrale brisées. Son état est désespéré. M. Boutineau, commissaire de police a ouvert une enquête pour déterminer les causes de ce terrible accident. Le Matin – 3 décembre 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]