CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

14 janv. 10

Les actualités du 14 janvier 1910

revue invalides

Revue des troupes de Paris aux Invalides — Une belle cérémonie militaire

Ainsi que nous l'avons annoncé, la revue des troupes de la garnison de Paris, donnée à l'occasion de la remise des décorations du 1er janvier, a eu lieu dans l'après-midi d'hier, à l'esplanade des Invalides. Les troupes présentes comprenaient deux bataillons de chacune des deux brigades d'infanterie de Paris, le 26e bataillon de chasseurs à pied de Vincennes, un bataillon de zouaves, deux bataillons des 21e et 23e d'infanterie coloniale, un bataillon de la garde républicaine, le le et 2e régiments de cuirassiers et le groupe d'artillerie de la le division de cavalerie.

Une foule considérable assistait à cette cérémonie militaire, qui a été réussie en tous points et n'a donné lieu à aucun incident. Le général Feldmann, commandant supérieur de la défense de Paris et commandant la place a présenté les troupes au général-gouverneur Dalstein; la revue commence aussitôt, très rapide. Puis le général Dalstein se rend sur l'avenue centrale de l'esplanade, où sont réunis les nouveaux décorés de la Légion d'honneur et de la médaille militaire, ainsi que les drapeaux et étendards des corps de troupe présents.

Dans les rangs, signalons les généraux Dennery et Lecomte, récemment passés au cadre de réserve, et le général Leturc, commandant la brigade de Saint-Denis, qui sont nommés commandeurs, et le général Martineau, commandant la 2e brigade de cuirassiers de Paris, qui reçoit la rosette d'officier, etc., etc. Pendant ce temps, dans chaque corps, les colonels remettent les médailles militaires.

C'est l'heure du défilé. Aux accents de la musique de la garde, les troupes défilent devant le gouverneur de Paris, d'abord l'infanterie de la garde, toujours impeccable ; puis les chasseurs à pied, les zouaves, la ligne et, enfin, les "gros frères", les cuirasses brillant au soleil, suivis au trot par leur artillerie. La foule applaudit à tout rompre aux cris de: "Vive l'armée !" et salue respectueusement les drapeaux. Pas un cri hostile, pas la moindre manifestation antimilitariste. Du reste, à voir la chaleur des applaudissements, les sans-patrie, s'il s'en fut présenté, auraient été plutôt vigoureusement accueillis.

La cérémonie terminée, les troupes regagnent leurs casernements respectifs, au son de la musique et à la grande satisfaction des Parisiens, bien sevrés, depuis tant d'années, de ce spectacle réconfortant. Le retour de la cavalerie a été, malheureusement, signalé par un fâcheux accident : rue de Grenelle, le cheval d'un cuirassier du 1e régiment s'est abattu sur le pavé glissant ; le cavalier est tombé si malheureusement qu'il s'est cassé la jambe. Le blessé est au Val-de-Grâce et son état n'inspire aucune inquiétude.

Le Gaulois – 14 janvier 1910


EN BREF

La tempête - Carhaix - Une forte tempête de pluie, de grêle et de vent s'est abattue la nuit dernière sur la contrée. La foudre est tombée à plusieurs reprises sur la ville, occasionnant des troubles dans le service de l'éclairage électrique et des dégâts matériels à plusieurs immeubles. Au bureau de poste, les fils télégraphiques et téléphoniques ont été brûlés. Les communications sont interrompues. Plusieurs magasins ont eu leurs devantures brisées; plusieurs personnes ont été renversées dans les rues. Le Figaro – 14 janvier 1910

us-1908 Naufrage en vue de la cote - nombreux noyés - Marshfield (Orégon) -13 Janvier - Le vapeur Czarina, appartenant à la Compagnie du chemin de fer Sud-Pacific, s'est échoue, hier soir, sur la jetée de Coosbay. L'équipage a grimpé dans les cordages tandis que des vagues immenses balayaient le vapeur. De la côte, des centaines de spectateurs assistaient au naufrage, sans pouvoir porter secoure aux naufragés. On croit qu'il y a urne trentaine de morts. La mer étant très houleuse, il est toujours impossible de lancer un canot de sauvetage. On a recueilli sur la côte deux marins du Czarina qui étaient sans connaissance et avaient été laissés là par le jusant. On apercevait à l'œil nu six hommes attachés au dernier mât. Une dépêche ultérieure du Lloy'd annonce en dernière heure que le Czarina a chassé sur ses ancres et qu'il est perdu corps et biens. Le Petit Journal – 14 janvier 1910

uk Un grand incendie a Londres - Londres, 13 Janvier - Le feu s'est déclaré dans le quartier de Kilburn, dans un établissement de nouveautés composé de dix magasins. Les employés qui étaient pour la plupart des femmes ont pu s'échapper. L'incendie s'est développé très rapidement. Il a détruit douze magasins dont huit dépendaient de l'établissement de nouveautés, plus une écurie, un entrepôt de charpentes. Enfin, tout le pâté de maisons était menacé. Les dégâts sont considérables.Le Petit Journal – 14 janvier 1910

Italie Étrange phénomène à Venise - Rome, 13 Janvier - La ville de Venise est enveloppée depuis hier d'un brouillard très dense, en même temps que la mer s'est retirée, à un point tel que plusieurs canaux sont à sec.Les vapeurs de Trieste ne peuvent plus partir. Les navires de guerre et les transatlantiques reposent sur leur quille. Le Petit Journal – 14 janvier 1910

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]