CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

20 janv. 10

Les actualités du 20 janvier 1910

Le parlement turc détruit par un incendie

pompiers turcs

IncendieConstantinople, 19 janvier. Un incendie a éclaté ce matin au palais de Tchéragan où est installé le parlement. C'est l'explosion d'un calorifère, dans la partie réservée au Sénat, qui a mis le feu. Un vent violent soufflait du Sud ; aussi les flammes se propageant avec une rapidité déconcertante eurent-elles gagné tout le palais en moins d'une heure. De ce fait, les efforts des pompiers pour enrayer le développement de l'incendie furent paralysés, Tour à tour les salles du Sénat et de la Chambre des députés furent envahies et détruites par les flammes, qui ravagèrent ensuite la salle du Trône. Vers trois heure de l'après-midi, le feu déclina faute d'aliment et put enfin. être, éteint. Mais le palais tout entier était détruit et il ne reste plus debout que des pans de murs.

De l'ensemble des objets renfermés dans le palais, et parmi, lesquels se trouvaient de nombreux trésors artistiques il n'a pu en être sauvé qu'un petit nombre. Les archives du Parlement ont été également la proie des flammes pour la plus grande partie. En concourant à l'extinction de l'incendie, trois ouvriers électriciens ont été blessés. Les pompiers continuent à noyer les décombres dans la crainte que l'incendie se rallume et à sauver de rares épaves.

Les bâtiments ne sont pas assurés ; les pertes sont évaluées à 10 millions de livres. Le palais de Tchéragan, était l'un des plus beaux de Constantinople. Bâti sur les rives du Bosphore, ce magnifique édifice est relié par un pont à Yildiz. Le Palais de Tcheragan (Tcheragan-Seraï) sitié dans le quartier de Bechik-Tach est construit entièrement en marbre. Édifié par Abdul-Aziz, il vit la mort mystérieuse de ce sultan (4 juin 1876).

Quand son successeur, Mourad, fut à son tour déclaré incapable de régner plus longtemps sous le prétexte d'une aliénation mentale plus ou moins réelle, Tchéraigan-Seraï devint la résidence forcée du souverain déposé. Abdul-Hamid y fit garder son frère dans une captivité sans rigueur, mais dans un isolement absolu. Des cordons de sentinelles interdisaient l'abord de Tchéragan, et on empêchait même les barques de s'approcher du quai du Bosphore, sur lequel donnait la façade.

Mourad succomba en 1905 et le palais, bien que sans destination, resta toujours fermé et sévèrement gardé jusqu'à la chute d'Abul-Hamid II. Celui-ci avait en vain demandé de finir ses jours à Tchéragan-Seraï, dont les jardins étaient en communication avec Yildiz-Kiosk. Le nouveau régime craignit que le sultan détrôné ne fût encore dangereux si près de son ancienne résidence souveraine et ne soudoyât facilement ses gardiens. Il fut interné, comme on sait, à Salonique et Tchéragan fut donné par le sultan Mehmet au Parlement, qui y siégeait depuis plusieurs mois. Ce palais fut affecté l'année dernière au Parlement turc qui y siégea pour la première fois le 1er octobre.

Le Petit Journal – 20 janvier 1910


EN BREF

IncendieLe feu dans une chocolaterie cause d'importants dégâts - Un incendie d'une grande violence a éclaté vers une heure du matin, 25, rue du Parc, à Ivry, dans une dépendance de la chocolaterie Vinay. Le bâtiment où le feu s'est déclaré était construit en planches et servait de menuiserie. Là, étaient fabriqués les caisses d'emballage et le local renfermait une certaine quantité de bois. Malgré les efforts des pompiers accourus au premier signal, le feu gagna rapidement le séchoir. Après une heure de travail, les pompiers se retirèrent; considérant l'incendie comme complètement terminé. Mais, vers quatre heures du matin, le feu, qui couvait sous les décombres, reprit avec une nouvelle violence et on dut, une seconde fois, faire appel aux pompiers. Ceux-ci ne purent maîtriser le nouveau sinistre qu'après quatre heures de travail. Les dégâts sont très importants. Il n'y a eu aucun accident de personne. La Presse – 20 janvier 1910

Une femme brûlée vive - Lille, 19 Janvier. Une Parisienne a été brûlée vive ici. Mlle Stéphanie Deconynck, âgée de 42 ans, habitant avec son oncle, M. Hanocq, âgé de 52 ans, dans un établissement de bains, que ce dernier exploite à Lille, était occupée à nettoyer, avec de l'essence, une cuisinière ; elle s'éclairait d'une petite lampe, quand son oncle la quitta pour se rendre à l'étage supérieur. Il y était à peine depuis quelques minutes, lorsqu'il fut pris a la gorge par une odeur de fumée ; il descendit rapidement et aperçut à terre sa nièce dont les vêtements brûlaient Il tenta d'éteindre le feu avec son pardessus et d'autres vêtements, mais les flammes devinrent encore plus actives ; il parvint enfin, en jetant des scories, à avoir raison du feu, mais la victime horriblement brûlée était morte. Le Petit Journal – 20 janvier 1910

Incendie Terrible incendie à Philadelphie - Philadelphie, 19 Janvier. Une fabrique de draps a été détruite ce matin par un incendie au cours duquel trois ouvrières se sont tuées et une douzaine ont été grièvement blessées en sautant par les fenêtres. On dit que plusieurs autres ouvrières ont été brûlées vives. Le Petit Journal – 20 janvier 1910

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]