CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

23 avr. 10

Les actualité du 23 avril 1910

mars 1910 22 avril 1910   avril 1910   24 avril 1910 mai 1910

La mort de Mark Twain

MarkTwain

us-1908 Mark Twain est mort hier, a l'âge de soixante-quinze ans, dans sa villa de Redding (Connecticut). Samuel Clemens, de son véritable nom, avait débuté dans les lettres en 1846 comme simple typographe. Il est ensuite pilote à bord d'un vapeur sur le Mississipi, volontaire lors de la guerre de Sécession et enfin prospecteur de mines. Il fut pendant peu de temps le propriétaire du fameux filon de Comstock, dont il ne soupçonnait pas alors la valeur.

Mais il n'avait pas encore découvert sa véritable voie. Il la trouva en 1862 comme directeur du journal Virginia City Enterprise, et en 1865 Comme associé du romancier Bret Harte dans la direction du Californian. Son pseudonyme Mark Twain était emprunté à un appel employé par les mariniers lorsqu'ils prennent des sondages, et qui était une réminiscence de ses expériences sur le Mississipi. Il visita l'archipel d'Hawaï et rapporta d'Honolulu de curieuses descriptions qu'il publia dans la presse. Il se fait ensuite conférencier, et publie en 1867 à New-York son premier livre, la Grenouille qui saute, titre de diverses esquisses fantaisistes et colorées.

Il est plus tard correspondant de journaux en Europe. Il en rapporte un livre composé de ses lettres, The Innocents abroad, qui fonda sa réputation internationale d'humoriste. D'autres livres : des souvenirs de sa vie dans le Far-West et sur le Mississipi, puis les Aventures de Tom Sawyer, amusant portrait du gamin américain, etc., achevèrent de fonder sa fortune littéraire, mais celle-ci sombra tout au moins matériellement dans la faillite de l'éditeur Webster auquel il s'était associé. Il refusa une souscription nationale en sa faveur et se remit bravement à écrire et à refaire une fortune.

De nouveaux revers le frappèrent récemment. Mark Twain y fit face avec ses boutades, ses saillies, ses fantaisies ahurissantes d'ironiste a froid et de pince-sans-rire, qui souvent renferment une philosophie profonde et qui sont le fond de l'humour américain, si différent de la gaieté française. Il se blagua lui-même comme business man, et exposa une théorie des affaires qui expliquait suffisamment sa déconfiture.

Cet humoriste national était un des personnages les plus populaires des Etats-Unis. Après avoir fait rire deux générations d'Américains, le pauvre Mark Twain avait cessé de plaisanter il y a quelques mois. La mort tragique de sa fille, trouvée asphyxiée dans son bain, et la perte d'un ami intime l'avaient fort affecté, et il vient de succomber a une affection cardiaque.

On remplirait des colonnes avec les anecdotes sur Mark Twain. Sa première entrevue avec le peintre Whistler vaut la peine d'être racontée. On lui avait dit que cet artiste s'entendait non moins que lui a la plaisanterie. Mark Twain prit les devants. En entrant dans l'atelier il se donna l'air le plus stupide qu'il put, et se campant devant une toile toute fraîche que le peintre venait d'achever, il dit : C'est pas mal, monsieur Whistler, mais à votre place, j'enlèverais ça. Et il fit mine d'effacer un nuage. Le peintre, inquiet, se précipita : Attention ! monsieur, ce n'est pas sec. Et Mark Twain flegmatiquement : Ça ne fait rien, j'ai des gants !

Le Temps – 23 avril 1910


EN BREF

Violent incendie à Amiens - Amiens, 22 Avril - Un incendie a éclaté, cet -après-midi, impasse Tappeblomb, dans l'atelier de teinture de M. Napoléon Lefebvre, où se trouvaient plus de 100 ouvriers. Le feu s'est déclaré dans les ateliers du devant et a pris tout de suite de grandes proportions. Un certain nombre d'ouvriers n'ont pu être sauvés qu'en se jetant dans une rivière qui passe derrière le bâtiment, toute communication avec la rue étant impossible. Les pertes sont très élevées. Le Petit Journal – 23 avril 1910


Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire