CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

06 juin 10

Les actualités du 6 juin 1910

mai 1910 5 juin 1910   juin 1910   7 juin 1910 juillet 1910

Inauguration du monument François Coppée

Monument françois coppée

La place Saint-François-Xavier, dans la partie qui fait face à l'hôtel de Rohan, était noire de monde bien avant l'heure fixée pour l'inauguration du monument élevé à la mémoire de François Coppée.

Un service d'ordre discret avait été organisé pour maintenir les curieux qui se pressent en rangs serrés. Aux pieds de la statue, Paul Déroulède a fait déposer une superbe couronne d'oeillets rouges et de violettes, que traverse un large ruban, tricolore. Mlle Jeanne Déroulède, de son côté, avait envoyé une gerbe de roses et d'oeillets. Enfin, la Ligue des Patriotes avait fait placer devant le monument une très belle couronne, traversée d'un ruban tricolore, sur lequel on lisait : "Au patriote François Coppée, la Ligue des Patriote".

Une tribune s'éleve au milieu d'une enceinte fermée par de lourdes barrières de bois ; elle est drapée de velours rouge. Deux fauteuils dorés occupent le milieu de la tribune. Ils sont réservés l'un à Paul Déroulède, l'autre à Jean Richepin. Parmi les personnes arrivées les premières, et que place le docteur Duchastelet, citons MM. Lemerre, éditeur du poète, Couturier, le poète Georges Drullhet, Musurus-bey, M. et Mme Darcy, Mlle Lidès, etc..Au milieu de la tribune et derrière le président, les familles Montreuil et Monval, apparentées au grand poète, ont également pris place.

A droite et à gauche de Paul Déroulède et de Jean Richepin, se tienent MM. Lépine, préfet de police, Lerolle, député, Falcon, Mithouard, conseiller municipal du quartier, Jean Aicard, Jules Lemaitre et René Doumic, de l'Académie française, Noblemaire et Allouard. A la gauche du monument qui, pour l'instant, reste encore voilé, une tribune a été élevée pour les divers orateurs qui prendront la parole au cours de la cérémonie.

A quatre heures, l'inauguration a lieu, dès que Paul Déroulède a pris place au fauteuil qui lui est réservé. Déroulède est entouré de tout ce que Paris compte de personnalités artistiques et littéraires.M. Jean Richepin, président du comité, prend le premier la parole. Il fait l'éloge de Coppée et remet le monument à la Ville de Paris. M.. Adrien Mithouard, au nom du Conseil municipal, reçoit le monument. Il rappelle ses liens d'amitié avec François Coppée et il ajoute que le monument du poète s'élève à la place où il devait être, entre les deux croyances qui partagèrent sa vie: sa blanche paroisse et le dôme d'or des Invalides.

Des discours sont prononcés par MM. Jean Aicard, au nom de l'Académie française ; René Doumic, au nom de la Société des gens de lettres ; Robert de Fiers, au nom de la Société des auteurs dramatiques; Noblemaire, au nom de l'Association Valentin Haüy, et par Paul Déroulède Dans l'assistance, citons notamment : MM. Marcel Habert, Villebois-Mareuil, général Canonge, Jean-Jacques Odelin, Danielou, Georges Thiébaud, Gauthier de Clagny, Henri Galli.

La Presse – 6 juin 1910


EN BREF

Lannoy gagne le Paris-Calais cycliste - Calais, 5 juin — La municipalité de Calais est très sportive, elle confie chaque aimée à l'Union des Cyclistes de Paris une somme importante pour organiser une grande course cycliste de Paris à Calais. Cette épreuve a été disputée aujourd'hui. A Amiens on neutralisa trois minutes ; 16 coureurs arrivèrent ensemble à 8 h 55. Après cette ville, où 32 coureurs étaient passés à dix heures, ce fut une suite de tentatives de lachâges ce qui nous valut la dislocation en partie du peloton de tête. La fin de la course nous a valu une lutte acharnée, je dirai même fantastique, et c'est au milieu d'une affluence énorme que six coureurs se sont disputés à l'emballage la place d'honneur. Lannoy, sur pneus Dunlop a triomphé d'une roue. Voici d'au/leurs le classement officiel ; 1. Lannoy, sur pneus Dunlop, en 10 heures 40 minutes ; 2. Dhers, à une roue ; 3. Cadolle, à un pneu ; 4. Cyr Aubert, à une demi-roue ; 5. Godivier, à une longueur ; 6. Cruchon etc. Le vainqueur Lannoy qui est de Calais a reçu ici une réception triomphale. La Presse – 6 juin 1910

Un congrès musical - Perpignan - Ce matin a eu lieu à la mairie de Perpignan le congrès de la Fédération des sociétés musicales du Midi. Le congrès a nommé diverses commissions, puis on a procédé à l'inauguration du monument élevé au génie catalan. La musique de la garde républicaine et 400 choristes mixtes ont exécuté une cantate. A midi, un banquet des Félibres catalans, provençaux et languedociens à eu lieu. Le Figaro – 6 juin 1910


Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire