CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

09 juin 10

Les actualités du 9 juin 1910

mai 1910 8 juin 1910   juin 1910   10 juin 1910 juillet 1910

Au Congo on réprime le cannibalisme

maison antropophanges

Bordeaux, 9 juin — Un des officiers qui ont le plus contribué à la pacification du Moyen-Congo, le capitaine Prakos, vient de rentrer en France par le paquebot Afrique, arrivé aujourd'hui à Bordeaux. Nous avons pu nous entretenir avec cet officier qui nous a donné les renseignements suivants. Au cours d'une de ses tournées d'inspection, le gouverneur général, M. Merlin, arriva sur le bord de la Motaba au moment où des factoreries venaient d'être pillées, incendiées, et les traitants emmenés par les indigènes anthropophages pour être mangés.

Le gouverneur décida qu'une répression sévère était nécessaire et chargea le capitaine Prakos de diriger les opérations. Trois colonnes furent formées : celle de la Motaba, dont le capitaine Prakos prit le commandement ; celle de la Lobaye, commandée par le lieutenant Peyraud et la troisième commandée par le lieutenant Santelli.

Le 15 août 1909 les trois colonnes se mirent en marche sans aucun convoi, le pays très marécageux qu'on devait traverser ne permettant pas de les faire suivre. Il en résulta pour les troupes, qui étaient souvent dans l'eau jusqu'à la ceinture, des fatigues inouïes, car elles durent chercher sur place tout ce qui était nécessaire à leur subsistance. Elles ne réussirent pas moins, après avoir accompli leur mouvement enveloppant, à cerner l'ennemi de toutes parts. Celui-ci, mal armé, ne nous fit éprouver que de faibles pertes : quarante hommes, presque tous des auxiliaires, qui prirent contact avec l'adversaire.

Les noirs ont éprouvé au contraire des pertes très nombreuses, bien que notre effectif n'ait été que de six cent cinquante hommes sur lesquels il y avait quatre cents auxiliaires, qui se sont montrés braves et loyaux. A la suite de ces opérations, le territoire a été divisé en deux circonscriptions commandées : la Motaba-Henga par le capitaine Modeste et la Lobaye par le capitaine Callisti. Les effets de cette campagne se font déjà sentir ; les impôts versés pour le premier semestre de 1910 dans le Moyen-Congo s'élèvent à 85.000 francs, alors qu'ils n'étaient que de 52.000 francs en 1908.

Le capitaine Prakos nous donne encore un détail curieux sur les indigènes de cette région. Les anthropophages venaient faire des captifs jusqu'à quelques kilomètres de nos postes, et ornaient ensuite leurs cases avec les crânes de leurs victimes. Pour faire cesser cette coutume barbare, le capitaine Prakos infligea quatre-vingts francs d'amende aux noirs par crâne trouvé chez eux, et cette mesure fut des plus efficaces.

Le Matin - 9 juin 1910


EN BREF

Colombo ravagé par un cyclone - Colombo, 8 Juin. Un cyclone venant de l'Ouest-Sud-Ouest a fait rage, dans la nuit de lundi à mardi. Le vent a atteint une vitesse de 51 milles (82 kilomètres) a l'heure. Un grand nombre d'arbres ont été déracinés et le service téléphonique a été interrompu. Un bateau-pilote a chaviré en dehors du port. Le pilote et deux matelots qui étaient à bord ont pu être sauvés. Au large, la mer est fortement agitée. Le Petit Journal – 9 juin 1910

Tentative de suicide du fils du Président du Guatemala - Cherbourg, 8 Juin - Cet après-midi, à 4 heures, arrivait à Cherbourg le train transatlantique, venant de Paris. Parmi les voyageurs se trouvait M. Cabrera, âgé de 25 ans, fils du Président de la République de Guatemala. Le jeune homme, qui est atteint d'une grave maladie, était accompagné de ses médecins. En cours de route, il réussit à s'isoler et se coupa la gorge avec les fragments d'une bouteille. Les médecins lui administrèrent aussitôt les soins nécessaires. Malgré la gravité de ses blessures, M. Cabrera est parti ce soir pour New-York, à bord du paquebot Kronprinzessin-Cécilie. Le Petit Journal – 9 juin 1910

Foudre dévastatrice en Allemagne - A Dresde, comme le 177e régiment d'infanterie se rendait à son nouveau camp près de Koendigsbruck, la foudre est tombée sur les 2e et 3e groupes de la 3e compagnie et a jeté dix-huit hommes à terre. Trois hommes ont été tués sur le coup et dix blessés grièvement ; les cinq autres n'ont eu que des blessures légères. A Cologne, la foudre est tombée dans la cour de la fabrique de carbonite de Schlebusch ; trois batiments composant, cette fabrique ont été détruits parle feu. Par suite d'un très fort déplacement d'air, plusieurs maisons dans les environs se sont écroulées. Dans un rayon de six kilomètres, toutes les fenêtres sont brisées. Un grand nombre de personnes sont blessées, dont plusieurs grièvement; l'une d'elles a succombé. Journal des débats politiques et littéraires – 9 juin 1910


Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire