CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

13 juin 10

Les actualités du 13 juin 1910

mai 1910 12 juin 1910   juin 1910   14 juin 1910 juillet 1910

Les fêtes de Jacques Coeur à Bourges

fetes jacques coeur

Bourges – 12 juin – Les fêtes de Jacques Coeur ont été célébrées hier et aujourd'hui avec éclat. Malgré le mauvais temps, notre ville avait pris un aspect de fête grace à une merveilleuse décoration. Les anciennes portes de la ville reconstituées dans le style gothique, avec les créneaux, avaient fort grand air.

Ce matin, la pluie a rendu impossible la sortie du premier cortège pour la réception du roi. Une éclaircie s'étant dessinée, on se prit à espérer que le défilé pourrait avoir lieu cet après-midi et il a eu lieu, en effet, devant une foule énorme. Plus de cinq cents personnages y prirent part, en costumes du quinzième siècle.

Jacques Cœur qui attire tous les regards passe sur un cheval magnifiquement caparaçonné. Le coup d'œil est superbe. Le roi Charles VII est figuré par M. Monin, fils d'un notable commerçant de notre ville. L'orchestre des vielles et des cornemuses, dirigé par le maître sculpteur Jean Baffier, formant un groupe en coutume du temps est fort applaudi. Il passe aux accents de vieux airs berrichons.

La suite des seigneurs est excessivement brillante ; les corporations défilent avec leurs bannières et leurs armes. Bref, cette reconstitution historique a été fort réussie. A signaler que des descendants du célébre argentier de Charles VII et de sa femme "damoiselle Bacée de Leodepard", étaient venus ici pour assister aux fêtes.

Le Petit Journal – 13 juin 1910


EN BREF

Terribles orages dans le centre de la France — Les orages, accompagnés de grêle et de trombes d'eau, sèment partout des ravages. L'Indre, grossie par les pluies, a causé de véritables désastres. Une crue, dépassant de 65 centimètres celle de janvier dernier, est survenue subitement hier à Châteauroux. Un grand nombre de maisons du faubourg Saint-Christophe ont été complètement inondées. Un pont reliant ce faubourg à a ville est fortement menacé. Les habitants ont été obligés de quitter précipitamment leurs domiciles. Le service de transbordement est assuré par la police et les soldats du 90e d'infanterie et du 9e escadron du train. A la Châtre, l'eau est arrivée comme un torrent, emportant tout sur son passage et envahissant tous les bas quartiers de la ville; dans le quartier de l'abattoir, il y avait de l'eau jusqu'au premier étage des maisons. Les habitants, affolés, n'ont eu que le temps de s'enfuir; plusieurs familles se sont trouvées cernées. A Ardentes, où se tenait hier une foire, il y avait un mètre d'eau sur la place du Marché. Forains, marchands de bestiaux, vendeurs et acheteurs s'en sont retournés avec leurs produits. A la suite d'un orage qui a éclaté dans la nuit de mercredi à jeudi, la pluie a miné une maison à Loudun. Cette maison s'est effondrée dans la nuit de vendredi, ensevelissant douze personnes. Mme Klein a été grièvement blessée ; son fils, âgé de onze ans, et sa fille, âgée de huit ans, ont été tués. Deux autres enfants sont en danger de mort. La grand'mère est grièvement blessée. On mande de Bourges qu'à la suite d'un nouvel orage, la digue du canal de Berry a été rompue on onze endroits. Le Cher a débordé ; les eaux couvrent une étendue de terres de plus d'un kilomètre. Un nouvel orage s'est déchaîné sur la Bresse chalonnaise et louhannaise. Une pluie diluvienne a inondé les parties basses du côté de Saint-Germain-du-Plain, et dans les environs de Beaurepaire, la grêle a causé de très importants dégâts. Le train 1428, qui va de Louhans à Lons-le-Saunier a dû se garer à la station de Savigny parce que la grêle et la pluie recouvraient les voies du P.-L.-M. Plusieurs bestiaux ont été tués par la foudre. Le Temps – 13 juin 1910

jockey

Or du Rhin II gagne le prix du Jockey Club - Toujours orageux, le temps nuit quelque peu aux réunions sportives. Mais, lorsqu'il s'agit du Derby, ces mauvaises conditions atmosphériques n'ont d'autre effet que de modifier le coup d'œil général. Les fraîches et ravissantes toilettes commandées pour la circonstance ne sont arborées que par les plus courageuses. Celles-ci, au reste, sont assez nombreuses pour conserver au pesage de Chantilly sa note spéciale de fête très élégante. La pluie qui n'était pas invitée, s'est mise de la partie et les averses, assez bénignes au début de la journée, ont redoublé d'intensité auprès la deuxième course obligeant les spectatrices à rechercher le moindre abri pour sauver leurs toilettes. Par suite de ces circonstances, l'animation était moins vive au paddock et l'examen des concurrents du Derby s'est fait dans d'assez mauvaises conditions. Cependant, le Jockey-Club, qui se disputait pour la 76e fois, a, en dépit du temps, obtenu son succès habituel, et la course a présenté d'autant plus d'intérêt pour les nombreux sportsmen présents que, fait assez rare, près de la moitié des concurrents avaient des partisans convaincus. La pluie avait malheureusement alourdi la piste, ce qui a nui à la chance de certains des concurrents. Et en effet la course a été gagnée par un fils de Saint Damien dont les produits affectionnent le terrain lourd Or du Rhin II devant Renard Bleu et Reinhart. La Presse – 13 juin 1910


Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire