CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

29 juin 10

Les actualités du 29 juin 1910

mai 1910 28 juin 1910   juin 1910   30 juin 1910 juillet 1910

Trois francophiles à la tête de la politique extérieure allemande

Ambassade Allemagne

Le prince de Radolin, ambassadeur d'Allemagne, a demandé, il y a quelque temps, à l'empereur de quitter le poste de Paris qu'il a occupé depuis 1901— par suite de l'obligation dans laquelle la mort récente de son fils aîné le mettait de rentrer en Allemagne pour se consacrer à l'administration de ses terres. L'empereur, après une résistance flatteuse pour son ambassadeur, a accepte sa démission. Il lui a conféré les brillants du grand-cordon de l'ordre de la maison de Hohenzollern et a désigné comme son successeur le baron de Schœn, secrétaire d'Etat au ministère des affaires étrangères. M. de Kiderlen Waechter, ministre d'Allemagne à Bucarest, qui a déjà remplacé en 1908 le baron de Schœn lorsque celui-ci tomba malade, prendra maintenant définitivement la direction du département des affaires étrangères.

C'est avec un sincère et réel regret que Paris envisage le départ du prince de Radolin, qui, tout en restant l'exécuteur fidèle de la politique de son gouvernement, a fait preuve en des moments difficiles d'un désir sincère de conciliation. A plusieurs reprises, pendant la crise marocaine, il a réussi à atténuer la politique des bureaux de la Wilhelmstrasse, et dans l'accord du mois de février, de l'année passée, qui faisait table rase de la question marocaine, le prince de Radolin était un des principaux collaborateurs.

Le baron de Schœn, son successeur, a cinquante-neuf ans aujourd'hui et a déjà fait un séjour à Paris, où il était en 1895 premier secrétaire de l'ambassade d'Allemagne. Né à Worms en 1851, fils d'un industriel, M. de Schœn suivit d'abord la carrière des armes, puis, comme attaché militaire, entra dans le service diplomatique. Ministre à Copenhague en 1900, ambassadeur à Saint-Pétersbourg en 1905, il fut appelé deux ans après au secrétariat d'Etat pour les affaires étrangères.

On peut dire que depuis son entrée à la Wilhelmstrasse, les relations entre la France et l'Allemagne prirent une tournure plus heureuse. Par inclination naturelle et par une conception juste des intérêts de son pays, il abandonna la manière forte que la Wilhelmstrasse a voulu employer envers nous et appliqua, d'accord avec son souverain, la politique de conciliation et d'entente. Cette politique a eu pour résultat la disparition de la crise marocaine, qui a pesé si longtemps sur l'Europe tout entière. C'est donc avec empressement que le gouvernement de la République a agréé le choix de M. de Schœn comme ambassadeur d'Allemagne à Paris, quand ce choix lui fut soumis il y a quelques jours.

Son successeur à la Wilhelmstrasse, M. de Kiderien Waechter, a la réputation d'être un homme un peu rude ; mais à notre connaissance, il a fait preuve, lorsqu'il remplaça temporairement, il y a quelque temps, M. de Schoen, alors malade, de sentiments nettement francophiles, et M. Jules Cambon a fréquemment souligné la façon très heureuse dont M. de Kiderlen Waechter traita avec le représentant de la France à Berlin.

L'empereur Guillaume a choisi comme hauts directeurs de sa politique extérieure trois hommes : M. de Bethmann-Hollweg, le chancelier, M. de Schœn, ambassadeur à Paris, M.de Kiderlen Waechter, secrétaire d'Etat aux affaires étrangères. Par leur tempérament, par leur haute conception du devoir, autant que par leur attitude dans le passé, ils sont très heureusement désignés pour maintenir et pour améliorer encore les bonnes relations entre la France et l'Allemagne.

Le Matin – 29 juin 1910


EN BREF

Le dirigeable-omnibus allemand est allé s'accrocher dans un arbre - Berlin, 28 juin - Aujourd'hui à Dusseldorf, le comte de Zeppelin ayant invité la presse étrangère à faire une ascension dans son dirigeable omnibus, le ballon s'est élevé ayant à son bord dix-sept journalistes. Arrivé au beau milieu de la forêt de Teutebourg, une avarie survint au moteur et le ballon dut atterrir par une pluie battante. La cabine alla se prendre dans un arbre. Les journalistes purent cependant descendre en se laissant glisser le long de cordes. Il n'y eut aucun blessé. D'après les dernières nouvelles, le dirigeable a été plus sérieusement endommagé qu'on ne le pensait tout d'abord ; les hélices de derrière, notamment, sont brisées. L'impression est que de très importantes réparations seront nécessaires.Le Petit Parisien – 29 juin 1910

Sanglants combats au Maroc - Une dépêche de Casablanca annonce qu'un violent combat a eu lieu avant-hier lundi, contre de nombreux contingents berbères des montagnes, assistés par des fractions des tribus de la vallée de l'Oum-Er-Rebia ; le marabout des Krazza commandait les Marocains. Après une résistance acharnée, l'ennemi a été mis en déroute et le marabout rejeté dans les montagnes. Des uniformes de soldats réguliers du Maghzen ont été reconnus dans les rangs des ennemis. Les pertes marocaines seraient considérables. De notre côté, le capitaine Chemin et le lieutenant Mury, ainsi que plusieurs soldats, ont été blessés. D'autre part, il nous a été communiqué hier soir la dépêche suivante de Casablanca, 28 juin : Suivant des renseignements complémentaires sur le combat du 23 juin, nous avons eu 13 tués et 71 blessés, en majeure partie des goumiers et des indigènes sénégalais. On confirme que les pertes ennemies sont considérables. Ces deux combats du 27 juin et du 23 constituent ils une seule et même affaire ? Les dépêches ne s'expliquent pas sur ce point. Au ministère de la guerre on déclare n'avoir encore reçu aucune confirmation officielle de ces combats. D'autre part, il résulte d'une note officieuse que le général Moinier a reçu du gouvernement l'ordre de regagner la Chaouïa et de se maintenir dans les positions habituelles qu'y occupent ses troupes, maintenant que son opération de police est terminée. Le Gaulois – 29 juin 1910


Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire