CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

02 juil. 10

Les actualités du 2 juillet 1910

juin 1910 1er juillet 1910   juillet 1910   3 juillet 1910 août 1910

Un aéroplane pour la marine

Hydroplane

Après quatre ans de recherches, un ingénieur français, M. Fabre, vient de construire un aéroplane pour la marine. C'est, en effet, le premier appareil qui réussisse à s'élever de la surface de l'eau et à voler dans les airs. M. Fabre vient de faire sur l'étang de Berre, de beaux vols de 5 à 6 kilomètres, dans lesquels il s'élève à une hauteur de plus de 20 mètres. Il continue actuellement ses essais près de Martigues.

L'appareil est composé essentiellement, au moment où il va quitter l'eau, de trois flotteurs en toile, deux à l'arrière très écartés, un à l'avant qui constituent le chariot de glissement. Là-dessus, un cadre, deux ailes de 14 mètres d'envergure au total, et n'ayant que 1 m 20 de largeur. L'extrémité des ailes est gauchissable.

L'appareil a 7 mètres de longueur. Le moteur Gnome rotatif de 50 HP à sept cylindres, actionnant une hélice de bois, est placé à l'arrière. Le pilote est à 5 mètres devant lui. Les ailes sont formées d'une poutre armée de lattes en porte-à-faux aur lesquelles on tend une toile, qui peut se carguer comme une voile, ce qui permet à l'appareil, au repos, de rester sur la mer sans être culbuté par le vent.

L'engin pèse 450 kilos, aviateur compris, et l'on estime à 70 kilomètres à l'heure la vitesse à laquelle l'appareil éécolle de l'eau. Il peut se démonter et se placer à bord d'un navire.

La Croix – 2 juillet 1910


EN BREF

Mort de Christine Hebbel - Vienne - Christine Hebbel, la célèbre artiste dramatique, veuve du grand poète allemand Frédéric Hebbel, auquel elle a survécu pendant quarante-sept ans, est morte hier, à l'âge de quatre-vingt-treize ans. Christine Hebbel, née à Brunswick le 9 février 1817, a eu une enfance des plus malheureuses. A sept ans déjà orpheline du côté paternel, elle faisait partie du ballet d'enfants du théâtre de la Cour de Brunswick, où elle gagnait un thaler et demi par mois. La grande artiste Amélie Haizinger la prit sous sa protection, lui fit donner des leçons et lui procura un premier engagement à Hambourg, d'où elle passa au théâtre de la Cour de Berlin et de là au Hofburg-Theater de Vienne. Jusqu'en 1875, elle a interprété sur cette scène illustre tous les grands rôles classiques : La Pucelle d'Orléans, Louise dans Cabale et Amour, Déborah, Iphigénie, Marie Stuart, sans compter les principaux rôles de presque toutes les œuvres de son mari. En 1895, elle a joué pour la dernière fois à Berlin où, sur une invitation de l'Empereur allemand, elle a interprété dans une représentation de gala le rôle de Brunhilde de la trilogie dramatique Die Niebelungen, le chef-d'œuvre de Frédéric Hebbel. Le Gaulois– 2 juillet 1910

Émeute d'étudiants — Lemberg, 1er juillet - D'après un renseignement officiel, plus de trois cents étudiants ruthenes ont occupé ce matin sans permission la salle du rectorat de l'université. Une collision s'est produite entre eux et des étudiants polonais. Des coups de revolver ont été tirés. Plusieurs étudiants et appariteurs ont été blessés. Les locaux de l'Université ont été occupés par la police. Le procureur et le juge d'instruction se sont rendus sur les lieux. Suivant le rapport officiel de l'incident et d'après les déclarations des témoins, le premier coup de feu atteignit le ruthène Kocko à la tête. Aussitôt, la police accourue au bruit des détonations, sépara les combattants dont le plus grand nombre fut enfermé dans une salle et les autres expulsés des corridors. Après avoir été interrogés par la commission judiciaire, ces derniers furent, pour la plupart, remis en liberté. L'inculpation a été retenue contre ceux enfermés dans la salle. Une Société de secours a prodigué les premiers soins à neuf blessés, dont trois ont été transportés à l'hôpital. Parmi ces derniers Kocko est mort dans la soirée. Dans une salle où l'on avait enfermé les étudiants, on a découvert quinze pistolets Browning. Le Gaulois– 2 juillet 1910


Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire