CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

31 août 10

Les actualités du 31 août 1910

juillet 1910 30 août 1910   août 1910   1er septembre août 1910 septembre 1910

Le fiancé des pygopages n'est pas heureux

rosa et josepha balzek

Rosa et Josefa Balzek sont deux bonnes demoiselles qui passeraient évidemment inaperçues si elles ne présentaient une particularité assez curieuse. Elles sont pygopages. Ça n'a l'air de rien, mais ça doit être joliment ennuyeux quelquefois. Un des rares avantages que présente la pygopagie c'est qu'à deux, pour s'asseoir, un seul siège, suffît. Mais d'autre part combien d'inconvénients !...Rosa et Josefa ont chacune, en toute propriété, leur tête, leurs bras, leur buste, leurs jambes, mais pour le reste elles sont unifiées.

Il y a un peu plus d'un an, à la suite d'une aventure qu'ignora Josefa, c'est elle qui l'affirme, Rosa mit au monde un petit garçon. Et la sage josefa dut subir, en même temps que sa sœur fautive, toutes les souffrances, les douleurs de l'enfantement. Vous voyez comme c'est gai, surtout pour une honnête fille, d'être pygopage ! Cependant l'homme qui a séduit Rosa voudrait aujourd'hui réparer sinon son erreur, du moins sa faute. Il est prêt à épouser la jeune personne, à donner un nom à l'enfant pygopagien.

Mais il ne le peut pas. Ça lui est interdit par la loi. Il lui est impossible d'épouser l'une sans épouser l'autre. Or un monsieur qui épouse deux femmes est immédiatement qualifié de bigame, arrêté et coffré. En admettant encore qu'il pût convoler avec la Rosa de son choix, que par une subtilité quelconque, on pût arriver à tourner la loi et à prononcer le mariage, le pauvre homme n'en risquerait pas moins d'être arraché bientôt à ses enchantements, car il lui serait vraiment difficile, étant donnée la situation respective des deux sœurs, de ne pas commettre quelque attentat à la pudeur, crime également prévu par la loi. Pour la même raison, il est impossible à Rosa et à Josefa de se marier en même temps et d'avoir chacune un époux. Et le malheureux se lamente. Qu'il s'en aille donc chez les mormons : tout s'arrangera là-bas.

Hier devant les membres les plus notoires du corps médical spécialement invités, notre aimable et spirituel confrère Rouzier-Dorcières a présenté en liberté les deux phénomènes, Rosa et Josefa, celle-ci grassouillette, l'autre, la mère, maigrelette. L'enfant a été présenté ensuite : il est charmant. Et finalement le malheureux fiancé est monté sur l'estrade. On a applaudi ; il a souri agréablement à la société, pendant que les deux sœurs, gênées, un peu rouges, baissaient les yeux.

Le Matin – 30 août 1910


EN BREF

Trois hommes d'équipe hachés par un train - Charleville, 30 août- Ce matin, une équipe composée de quatre ouvriers de la voie, MM. Camille Zareste, Alfred Sourain, Adolphe Gérard et Auguste Martin, ainsi que le chef d'équipe Alcide Raulet travaillaient sur la ligne des chemins de fer de l'Est de Sedan à Nancy, entre la gare de Margut et le premier passage à niveau. Zareste enfonçait des chevilles de bois dans les traverses, Sourain affilait; ces mêmes chevilles, tournant le dos à la voie, les trois autres posaient des tire-fond. A 9 heures 6, deux trains de marchandises réguliers passaient, venant en sens inverse, sur les cinq hommes, sans que ces derniers les eussent aperçus. Zareste ayant à ce moment, fini d'enfoncer une cheville, s'était relevé. Il vit venir le train et sauta vivement de côté. Il fut sauvé, ainsi que Sourain qui venait d'être appelé par un ami se trouvant au passage à niveau voisin. Le chef d'équipe Raulet et les deux poseurs Martin et Gérard furent fauchés par la locomotive du train venant de Carignan et qui leur était cachée par celui de Longuyon. Les deux dernières victimes sont méconnaissables, réduites littéralement en bouillie, broyées. Seul Raulet, frappé à la nuque et tué net, a conservé figure humaine. L'accident est dû à ce que les deux trains avaient chacun quelques minutes de retard. Le Matin – 30 août 1910

us-1908

Collier dissimulé dans une chevelure - New-York, 30 août - Mme Adriance, femme d'un millionnaire connu, résidant à Poughkeepsie (Etat de New-York), arrivait d'Europe par le Baltic ; en débarquant, elle négligea de déclarer un superbe collier de perles qu'elle avait acheté 30,000 francs en Europe. Or les douanes américaines savaient, par un écho d'un journal, qu'elle avait acheté ce collier; les douaniers fouillèrent donc sa cabine et ses malles, puis n'ayant rien trouvé, il firent visiter la voyageuse par des chercheuses. Celles-ci ne découvrirent rien non plus tout d'abord ; niais, ayant dénoué l'opulente chevelure de la dame, elles en firent tomber le collier qui avait été caché sous les tresses. Par suite, Mme Adriance a été poursuivie sous l'inculpation de tentative de fraude à l'égard de la douane ; elle a été laissée cependant en liberté, moyennant une caution de 37,500 francs. Le Gaulois -31 août 1910

Un monument au nageur Webb - Londres — On vient d'inaugurer un monument au fameux nageur anglais le capitaine Webb, qui, le 14 août 1875 traversa la Manche à la nage, exploit que n'ont pu rééditer, malgré leurs fréquentes tentatives, les nageurs anglais Montagne, Holbein, Burgess, Wolfe, le Français Paulus et l'Italien David Cattaneo. On sait que le capitaine Webb nagea aussi, en 1878 sur la Tamise, pendant 65 kilomètres environ, trajet quil effectua en 9 h. 57 minutes, à marée haute, et que le 19 mai 1878, il nagea 14 heures par jour pendant 6 jours, parcourant en ce laps de temps 120 kilomètres. Très audacieux, le capitaine Webb rêva d'autres lauriers. Il voulut affronter les chutes du Niagara. C'est là qu'il trouva la mort, le 24 juillet 1883, englouti dans un tourbillon. Le Gaulois -31 août 1910


Posté par Ichtos à 16:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires

    Bravo pour ce blog passionnant et enrichissant que j'ai plaisir à lire régulièrement.

    Posté par GullsOverTheBlog, 05 sept. 10 à 16:05

Poster un commentaire