CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

30 sept. 10

Les actualités du 30 septembre 1910

août 1910 29 septembre 1910   septembre 1910   1er octobre 1910 octobre 1910

Duel à Paris

Duel

Le premier témoin du comte d'Adelsward-Fersen — M. Robert Scheffer, — lors du premier envoi de témoins du comte, s'est battu hier matin, à l'épée de combat, avec M. Jean de Mitty. La cause — rappelons-la — était une altercation violente survenue chez M. de Mitty lui-même. La veille avait en lieu le duel du premier témoin du comte d'Adelsward-Fersen, M. de Noisay, lors du second envoi de témoins.

Le duel de Mitty-Robert Scheffer avait attiré un public assez nombreux à la Grande Roue. Le temps était magnifique. M. Robert Scheffer, de figure encore jeune, grand, un peu voûté, a une chevelure toute blanche. Il arrive à petits pas saccadés sur l'allée joliment ratissée qui a été préparée pour les duellistes. M. Jean de Mitty, très calme, souriant, après avoir pressé quelques mains amies qui se tendent vers lui, est placé en face de son adversaire. L écrivain fin et élégant, incisif aussi, a été assez souffrant ces temps derniers. Mais, de volonté forte, il a belle allure l'épée en main, et son regard s'illumine singulièrement dans l'action.

Notre confrère Rouzier-Dorcières (qui dirige pour la 218e fois un combat, et avec un tact et une expérience incontestables), rappelle aux deux adversaires les conditions de la rencontre.MM. Paul Rousset et Gallian sont les témoins de M. de Mitty, MM. de Royaumont et Savigny ceux de M. Robert Scheffer.

L' allez, messieurs est prononcé, et tout de suite M. Jean de Mitty attaque par coupés, en s'avançant avec hardiesse, la main basse, la pointe de l'épée à hauteur de l'œil, Il a la main et le bras complètement découverts et cherche la poitrine de son adversaire. M. Robert Scheffer, plus couvert, tend la broche sur l'attaque de M. de Mitty, et celui-ci s'enferre lui-même. Il est atteint à la partie postéro-interne de l'avant-bras droit.

La blessure est légère, mais gênante, et MM. les docteurs Humann et Quéry mettent en observation M. de Mitty pendant dix minutes. Les médecins sont d'avis d'arrêter le combat, mais le blessé proteste. Soyons sérieux, dit-il fermement. Je veux continuer. Devant cette volonté formelle, on continue. A la deuxième reprise, M. de Mitty attaque encore et M. Robert Scheffer rompt de plusieurs pas, mais il tend toujours la broche et M. Jean de Mitty s'enferre de nouveau.

Cette fois il est atteint d'une blessure en seton à la partie interne de la main droite. C'est la fin du combat. Est-ce la fin des duels que provoqua l'envoi de témoins du comte d'Adelsward-Fersen ?...On parle encore d'une ou deux rencontres.

Le Figaro– 30 septembre 1910


EN BREF

us-1908

Une salle de billard s'effondre - On signale un accident qui aurait pu être grave et qui s'est produit dans la salle de 16 billards Brunswick, dirigée depuis nombre d'années à New-York par le célèbre joueur, George Slosson. Le plafond de la salle s'est subitement effondré au moment où les derniers joueurs se retiraient. Les dommages matériels sont sérieux. Le Temps– 30 septembre 1910

JusticeDeux condamnations à mort — Chaumont - Deux vanniers ambulants, les frères Reitter, pénétraient, le 8 juin dernier, dans une ferme isolée près Colmier-le-Bas, et tentaient d'assassiner à coups de serpe et de maillet deux vieillards, les époux Morre. Effrayés par les aboiements d'un chien, ils avaient fui avant d'avoir pu mettre la main sur les économies qu'ils savaient être en la possession de leurs victimes. Les époux Morre ont pu survivre à leurs blessures. Les frères Reitter viennent d'être condamnés à mort par la cour d'assises de la Haute-Marne. Le Temps– 30 septembre 1910

Pour une chique de tabac — Une discussion s'éleva au fond de la fosse n° 7 des mines de Liévin, à propos d'une chique de tabac, entre ouvriers. L'un d'eux, Arthur Touret, âgé de quinze ans, pris de fureur, asséna à un de ses camarades, nommé Vichery, âgé de dix-huit ans, un formidable coup de manche de pic qui lui a fracturé le crâne. La victime a été transportée dans un état très grave à l'hôpital de Lens. Touret qui a été arrêté manifeste un vif repentir. Le Temps– 30 septembre 1910


Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire