CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

29 avr. 09

Les actualités du 29 avril 1909

090428renault

Attentat anarchiste contre une usine de Billancourt

Un attentat sur les mobiles duquel on se perd en conjectures a été commis cette nuit à Billancourt. Vers onze heures et demie, une violente explosion mettait en émoi tous les environs de l'usine de MM. Renault, constructeurs d'automobiles. Le gardien de l'établissement accourut et constata qu'une partie du mur de clôture du bâtiment A, donnant sur la rue de L'ile, s'était effondrée sur une longueur d'un mètre environ.

Le bâtiment contre lequel s'était porté l'attentat est celui où se trouvent tes machines motrices. Malgré la rapidité avec laquelle il s'était précipité sur le lieu de l'explosion, le gardien n'aperçut personne, ce qui fait supposer que l'engin devait être une cartouche de dynamite munie d'une mèche qui s'est consumée lentement.

La violence de l'explosion a été telle que tous les carreaux ont volé en éclats et que la porte d'une maison située à soixante mètres de distance a été fendue sur toute sa longueur. Les dégâts ne sont pas très importants. L'engin avait été enterré dans le sol, composé de sable et de mâchefer, qui n'offrait pas de résistance et n'a pas permis aux gaz de donner toute leur puissance.

A part de nombreuses vitres brisées, tant à l'usine qu'aux maisons voisines, il n'y a pas eu d'accident grave. Le bruit de la détonation s'est fait entendre à une grande distance, jusqu'au Point-du-Jour, provoquant une très vive émotion dans toute la région.

Le commissaire de police de Boulogne, informé, s'est transporté sur les lieux et a commencé son enquête. Ce matin, le parquet a désigné un juge d'instruction qui, accompagné de M. Girard, directeur du Laboratoire municipal, est venu, à dix heures, procéder aux constatations. Les magistrats ont fait interdire l'entrée de l'usine jusqu'à la fin des formalités judiciaires.

La Presse – 28 avril 1909


EN BREF

uk Nouvel exploit des suffragettes - Londres, 28 avril. — Cinq suffragettes ont réussi à pénétrer dans les couloirs du parlement, sous prétexte de voir des députés. Pendant qu'on était allé prévenir ces derniers, elles se lièrent au moyen de chaines à diverses statues et se mirent à crier de toutes leurs forces : "Nous voulons voter !". Un huissier accourut aussitôt et prévint en hâte la police. Les agents s'empressèrent de briser les chaines et de reconduire à la rue nos cinq héroïnes. La Presse - 29 avril 1909

Italie Naples: Un submersible explose 7 morts - Le submersible Foca, qui venait d'effectuer un voyage de trente heures à la vitesse moyenne de 10 milles à l'heure et par ses seuls moyens, et qui arrivait à la Spezzia, était amarré dans le bassin de l'arsenal de Naples, lorsque, à 6 h. 1/2, une formidable explosion retentit. Une énorme colonne de fumée s'éleva aussitôt et couvrit la ville de nuages noirs, en même temps que des déris de bois et de fer étaient projetés sur les quais. La violence de l'explosion fut telle qu'un marin fut projeté en l'air, passa au dessus d'un navire ancré dans le port et retomba fort loin dans la mer. Le submersible Foca venait de faire explosion au moment où l'on procédait à un chargement de benzine.Sur les quais de Naples, de nombreuses personnes furent contusionnées par les morceaux de fer projetés par l'explosion et plusieurs ouvriers de l'arsenal furent blessés gravement.L'équipage du submersible comprenait 19 personnes. Au moment de l'explosion, l'équipage se trouvait à bord, à l'exception d'un marin en congé. Les morts sont au nombre de 7. Le commandant du submersible, le lieutenant vaisseau Giovannini et l'ingénieur Bernardi sont saufs. Il y a en outre 13 blessés, tant des hommes de l'équipage que des personnes qui se trouvaient sur les quais. Les blessés furent immédiatement portés à l'hôpital. Comme un autre dépôt de benzine était resté intact, pour éviter une autre explosion, les autorités ont donné l'ordre de submerger le Foca dans les eaux du bassin. Le duc d'Aoste est allé, peu après, visiter les blessés à l'hôpital. Parmi les personnes blessées par les projections de ferrailles, onze sont gravement atteintes. Les uns ont le ventre ouvert, d'autres les membres arrachés ou coupés.Plusieurs cadavres ont été retrouvés en mer, en présence des autorités de la ville, accourues immédiatement sur les lieux. Le Conseil municipal de la ville qui était en séance au moment de l'accident a levé la séance en signe de deuil. La Croix – 28 avril 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire