CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

28 juin 09

Les actualités du 28 juin 1909

joinville championnat natation

La traversée de Paris à la nage

Le temps épouvantable n'a pas nui au succès de la classique et grandiose épreuve que notre confrère l'Auto a fait disputer ce matin sur les 11 kil 600 qui séparent le pont National du viaduc d'Auteuil. C'est en effet plus de 500,000 spectateurs qui sont venus applaudir ces nageurs extraordinaires qui se sont livrés une lutte splendide qui nous a permis de juger de leur réelle valeur.

Depuis cette gracieuse jeune fille Mlle Marthe Robert jusqu'à ce diable de Billington, en passant par Estrade, Chrétien, Paulus, Burgess, Chasseriaux, etc..., tous ces athlètes nous ont une fois de plus étonné par leur énergique volonté, par leur souplesse et leur endurance. Une fois de plus la traversée de Paris à la nage a été pour la grosse foule la meilleure leçon de saine éducation qu'il soit possible de donner. Il faut en savoir gré à l'Auto qui a su l'organiser et qui en a été légitimement récompensé par le plus colossal des triomphes.

David Billington a réussi le triple event, dans un style impressionnant il a rejoint un à un tous ses concurrents et sous les clameurs d'admiration de la foule qui se pressait à l'arrivée il est parvenu après avoir produit un effort fantastique a battre de justesse sur le but ce merveilleux Estrade, notre digne représentant, au moment même où nous nous préparions à le porter en triomphe. Jamais dans l'histoire du sport nautique une fin de bataille fut aussi émotionnante et tous ceux qui ont assisté à ce spectacle dont la plume est impuissante à décrire la beauté, se rappelleront toujours l'arrivée de la traversée de Paris à la nage 1909. Billington est bien le roi de la natation et si aujourd'hui il nous a procuré l'occasion de l'applaudir il nous donnera la prochaine fois le sujet de l'admirer de nouveau car ce phénoménal athlète a laissé l'impression qu'il pouvait mieux taire.

La course du petit Estrade fut splendide; parti rapidement et soutenant une allure régulière, il nous paru longtemps le vainqueur probable. D'ailleurs sans vouloir pour cela diminuer la performance de Billington, nous devons reconnaitre que le champion français a été quelque peu gêné dans les vingt derniers mètres par les herbes qui se trouvaient le long de la barge. Estrade est de taille à prendre une revanche, il a fait depuis deux ans d'énormes progrès, et comme nous le disait Billington : C'est le seul de vos hommes qui m'a obligé de me dépenser à fond. Cette appréciation émanant du champion du monde se passe de commentaire.

Que penser de cette admirable et courageuse jeune fille qui se classe troisième dans la grande épreuve, Mlle Marthe Robert est certainement celle qui a été aujourd'hui la plus applaudie. Nageant gracieusement, toujours avec le même style, elle a réussi à terminer dans un temps de record cette dure course donnant ainsi à tous un bel exemple de volonté.

Comme nous le disions plus haut l'épreuve a malgré le mauvais temps, remporte un succès triomphal. (...) Constatons que malgré la température de l'eau plutôt fraîche treize concurrents ont terminé le parcours dans des temps excellents et félicitons les organisateurs, en particulier notre confrère et camarade Manaud, qui selon son habitude a su tout prévoir et veiller à ce que rien ne laisse a. désirer. En un mot c'est à l'apothéose de la Traversée de Paris à la nage que nous avons assisté aujourd'hui.

La Presse – 28 juin 1909

Bailes_Rusos

EN BREF

Le ballon Ville-de-Versailles atterrit rue de la glacière - Un ballon sphérique, le Ville-de-Versailles, de 450 mètres cubes, s'élevait, hier à quatre heures vingt, de Versailles. Emporté par une véritable rafale, il essuyait, quelques instants après son départ, un violent orage et, poussé par le vent d'ouest, arrivait sur Paris à moitié dégonflé. Malgré qu'il eût jeté tout son lest, l'aéronaute n'arrivait pas à enrayer sa descente et, rue de la Glacière, à quelques mètres de l'asile Sainte-Anne, la nacelle était accrochée dans les branches d'un arbre. Les pompiers, prévenus, vinrent bientôt dégager l'aéronaute de sa périlleuse position, et le ballon fut dégonflé et transporté à l'asile voisin. Le Petit Parisien – 28 juin 1909

Jeanne Hachette fêtée à Beauvais - Les fêtes de Jeanne Hachette ont commencé hier soir à Beauvais par une grande retraite aux flambeaux. Elles se sont continuées aujourd'hui. A 2 h. 1/2 de l'après-midi, tandis que dans les salons de l'hôtel de ville, le maire remettait le prix de mérite fondé par M. Delacourt a Mlle Jeanne Forestier, l'élue du conseil municipal, une ouvrière brossière de 19 ans, le cortège historique se formait au Jeu de Paume et défilait sous la pôrte de l'Assaut, très fidèlement reconstituée avec ses tourelles, mâchicoulis et logettes, telle qu'elle était en 1472, sur l'emplacement même où Jeanne Hachette s'empara de l'étendard des Bourguignons. Le cortège se rendit ainsi place de l'Hôtel de Ville où étaient réunies les autorités civiles et militaires, les élèves des écoles communales, du lycée, du collège de jeunes filles, les délégations des diverses corporations, les pompiers, la musique militaire, la fanfare et les sociétés locales. Suivant l'antique usage, des salves d'artillerie furent tirées par des jeunes filles que conduisaient le maire, le préfet, le général et les membres du conseil municipal. C'est alors que fut célébrée, à la cathédrale, la fête de l'Assaut. Le cardinal Luron, archevêque de Reims, les évêques de Langres et de Beauvais assistaient a la cérémonie. Le panégyrique de Jeanne Hachette a été prononcé par l'évéque de Langres. Le Petit Parisien – 28 juin 1909

Posté par Ichtos à 17:20 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]