CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

20 sept. 09

Les actualités du 20 septembre 1909

Cibot

La course pédestre Rouen - Paris: Victoire d'Orphée en 14 heures et 3 minutes

Pour la troisième fois, la grande épreuve pédestre annuelle Rouen-Paris, par Evreux (155 kilomètres), s'est disputée hier. Comme nous l'avions annoncé, le départ a été donné, place de la République à Rouen, à minuit trente, à une centaine de concurrents. Dès le départ, l'allure est extrêmement rapide, et c'est à plus de 17 kilomètres à l'heure, que les coureurs s'élancent dans la nuit, entourés d'une nuée de cyclistes, de pédestrians, d'automobilistes même.

C'est le Rouennais Corroyer qui, suivi de tous les favoris, mène le peloton de tête. Pas pour longtemps, cependant, car à Pont-de-Larche (19 kil.) le Belge Vermeiren passe premier à 1 heure 46, suivi à peu de distance d une quarantaine de concurrents. Vermeiren garde encore sa place à Louviers (30 kil.), où il signe à 2 heures 33, mais ses poursuivants se rapprochent et bientôt Cibot, Orphée, Corroyer et Panier l'atteignent et le devancent. Ce sont ces mêmes hommes qui, à quelques secondes d'intervalle seront contrôlés à Evreux (53 kil.), à 4 heures 31 et à Pacy-sur-Eure (70 kil.), à 6 heures 8.

A ce dernier arrêt, alors que Cibot, le vainqueur de 1907, faiblit, Orphée prend définitivement la tête. Orphée ne semble nullement fatigué, il est à Mantes (100 kilomètres), à 8 heures 30 minutes 2 secondes, précédant de plus d'une demi-heure son suivant immédiat Siméon, qui passe à 9 heures 4, suivi de Robert à 9 heures 8 ; Cibot, à 9 heures 12 ; Corroyer à 9 heures 13 ; Delage, à 9 heures 22. A partir de ce moment, Orphée, prévenu de l'avance qu'il a sur ses concurrents, modère son allure. A Meulan (116 kilomètres), on le signale à 10 heures cinq. Il s'arrête pendant quatre minutes et repart, escorté d'un formidable peloton de curieux.

La fin de sa course est une vraie marche triomphale et, après être passé à midi Saint-Germain (136 kil.) et à une heure cinq à Rueil (144 kilomètres), il arrive enfin au vélodrome du Parc des Princes à 2 h. 33, avant mis 14 heures 3 minutes pour franchir les 155 kilomètres séparant Rouen de Paris. Derrière lui, la lutte a été chaude et longtemps le résultat fut indécis. Finalement, Robert et Siméon prenaient les seconde et troisième places. Voici, du reste, quel a été le classement !

1. — Louis Orphée, en 14 heures 3 minutes.

2. — Robert, en 14 heures 41 minutes.

3. — Siméon, en 15 heures 24 minutes.

4. — Gautherot, en 15 h. 35 m.; 5. Delage, en 15 h. 47 m.; 6. Versfraeten, en 15 heures; 7. Corroyer, en 17 h. 4 m. ; 8. Cibot, en 17 h, 9 m. : 9. Bodin. à une longueur ; 10. Rohant-Donat; 11. Wachorn ; 12. Guerre; 13. Hu-teau ; 14. Devienne ; 15. Berge ; 16. Choffat.

Quelques réclamations ont été déposées contre certains coureurs qui, au dire de leurs accusateurs, auraient fait une partie du parcours à bicyclette. Dans sa course d'hier, Orphée bat de loin les records précédents. En effet, cette épreuve fut gagnée en 1907 par Cibot, en 15 heures 30 minutes et en 1908 par le Rouennais Siméon en 15 heures 36 minutes. Orphée a soutenu, sur les 155 kilomètres de la course, la moyenne stupéfiante de 11 kilomètres 32 mètres à l'heure. Notons, en terminant, que sur-les 100 premiers kilomètres du parcours, couverts par Orphée en 8 heures 30 minutes-2 secondes, le record professionnel de la distance, qui appartient à Anthoine depuis 1902, par 11 heures 22 minutes 9 secondes, a été battu de près de trois heures.

Le Petit Parisien 20 septembre 1909

Bullier

EN BREF

100e anniversaire de la réunion de la Finlande à la Russie - Saint-Petersbourg, 19 septembre. A propos du centenaire de l'annexion de la Finlande a la Russie, le Tsar a adressé au gouverneur de la province un message dans lequel il exprime sa satisfaction au sujet des progrès intellectuels et matériels réalisés par la Finlande depuis l'époque de son incorporation à l'empire. Le Tsar exprime ensuite l'espoir que la laborieuse population de la Finlande continuera a améliorer sa condition. Le souverain espère aussi que les Finlandais contribueront activement à l'accomplissement de la tache dictée par la Providence a l'empire russe. Ce n'est, en effet, que dans son dévouement inébranlable au trône et dans le renforcement graduel des liens indissolubles qui l'attachent à l'empire que la Finlande peut trouver un gage d'heureuse prospérité. Le Gaulois – 20 septembre 1909

Italie Le miracle de saint Janvier - Naples, 19 septembre - Aujourd'hui a eu lieu le miracle annuel de la liquéfaction du sang de saint Janvier. 3,000 personnes remplissaient le dôme et une foule immense stationnait au dehors. Lorsque le sang commença à devenir liquide dans l'ampoule, un chanoine agita un mouchoir blanc ; simultanément les officiers d'artillerie de service au sommet des tours du dôme agitèrent des drapeaux blancs et aussitôt des salves d'artillerie annoncèrent à la population de Naples le miracle accompli. Le Gaulois – 20 septembre 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]