CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

13 oct. 09

Les actualités du 13 octobre 1909

Cap d'ail rochers

La Cap D'ail menacé par un rocher

Une des curiosités, mais en même temps un des dangers de la Côte d'Azur, c'est le rocher qui glisse et qui menace: il est suspendu comme une épée de Damoclès au-dessus de la petite commune du Cap-d'Ail, près de Monaco, sur la route nationale. Tombera-t-il ou ne tombera-t-il pas ? Telle est la question que se posent, anxieux, les habitants du pays.

Au commencement du mois dernier, deux entrepreneurs de Monaco installaient à une centaine de mètres du tunnel du Cap-d'Ail, un chantier pour la continuation d'une maison d'habitation. Ce point, de la commune est dominé par un rocher de 5.000 mètres cubes environ et qui repose sur des terrains argileux. Pour préparer l'emplacement les entrepreneurs commencèrent par faire enlever les masses de terre et de rochers qui étayaient, en quelque sorte, ce bloc gigantesque et firent creuser les fondations de l'immeuble projeté. Les conséquences regrettables de cette entreprise ne se firent pas attendre.

N'ayant plus un appui suffisant à sa partie inférieure, cette masse subit un glissement d'abord insensible, mais qui prit bientôt, une extension menaçante. En effet, le 30 septembre, Mme Bielli, une voisine; constata, non sans stupeur, que, sur les murs de son immeuble, surtout sur la façade Ouest, couraient d'inquiétantes lézardes. Elle fit part de ses constatations, à M. Ch. Blanc, maire du Cap-d'Ail, qui procéda aussitôt à une visite minutieuse des lieux.

Le danger était plus grand qu'on ne le supposait puisque deux jours après le maire fit évacuer les locaux. Il informa M. de Joly préfet des Alpes-Maritimes; de sa décision et ce dernier désigna alors M. Houel, ingénieur, pour se rendre compte des travaux à effectuer. Ces jours derniers, on dut modifier la marche des trains et des tramways et établir un transbordement, afin d'éviter les trépidations, qui auraient pu amener, l'éboulement.

Hier, cependant, le terrain a glissé de nouveau et a démoli en partie, dans la soirée, la maison Bielli où était installée la mairie. Si le rocher tombait sur la route, celle-ci serait évidemment défoncée ; en outre, les canalisations qui alimentent en eau potable les villes de Monaco et de Menton seraient détruites. La voie ferrée est également menacée.

Le Petit Journal – 13 octobre 1909


Le Concours Lépine

La chute de Clémenceau

Pilleurs de trains sur les lignes de Belgique


cote_d_azur_2

Graves évènements en Grèce

Un wagon de montagnes russes déraille: 8 blessés

Jeanne Weber est libre


EN BREF

En Floride, un cyclone fait 400 victimes - D'après une dépêche Central News de New-York, l'ouragan a causé en Floride et à Cuba de terribles ravages. La ville de Key-West, en Floride, a été à peu près entièrement détruite. La loi martiale y a été proclamée pour mettre fin au pillage. On ne compte pas moins de 95 bateaux coulés. Le chemin de fer de la côte orientale de la Floride a été complètement détruit sur une distance de plusieurs milles. Beaucoup de petites villes sont complètement séparées du reste du monde, les fils téléphoniques et télégraphiques ayant été détruits. On craint que dans certaines d'entre elles le chiffre des victimes ne soit énorme. Dès à présent, en Floride, on estime à 400 le nombre des morts et des blessés. Le Petit Parisien – 13 octobre 1909

Collision en mer - Marseille, 12 Octobre - Le Bagdad, courrier de la mer Noire et de Constantinople, de la Compagnie des Messageries Maritimes, arrivé ce matin à Marseille avec 35 passagers, a coulé un voilier italien, vendredi soir, dans le détroit de Messine. C'était le brick-goélette italien Rosina-Py, qui allait de Trieste à Messine, avec un chargement de diverses marchandises. En moins de trois minutes, le Bagdad stoppa et une chaloupe fut mise à la mer; on parvint à recueillir ainsi le capitaine et trois des matelots du Rosina-Py, qui avaient pu se maintenir sur l'eau, après le naufrage de leur barque, mais les deux autres hommes de l'équipage avaient disparu. Toutes recherches furent vaines. Le Petit Journal – 13 octobre 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire