CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

21 nov. 09

Les actualités du 21 novembre 1909

cherry disaster

us-1908 40 survivants émergent de l'enfer

New-York, 20 novembre. Des dépêches de Cherry (Illinois) — où s'est produite, le 13 de ce mois, la terrible catastrophe du Puits Saint-Paul — annoncent que l'on vient de retrouver vivants quarante mineurs. Voici comment cette découverte émotionnante s'est produite.

On était parvenu, dans la mine, à une muraille formée de débris et on l'avait renversée. On apercevait au-delà de la muraille des corps étendus, on croyait avoir devant soi des cadavres lorsque l'on vit une main qui se soulevait. On reconnut alors que les hommes étendus respiraient encore. Immédiatement où les transporta jusqu'au puits et on leur administra des stimulants.

La première victime ramenée à la lumière, après sept jours de ténèbres, ne put murmurer que quelques paroles incohérentes ; son visage noirci avait été brûlé par les flammes. On finit par savoir que les mineurs, s'étaient rendu compte de ce qui se passait, avaient élevé un mur composé de débris pour se protéger contre l'incendie et contre les gaz délétères.

Le mineur Joseph Crescini, qui conduisit ses camarades dans le combat contre la mort, raconte que ses camarades et lui ont beaucoup souffert de la faim. Un camarade anglais; qui avait déjà été victime d'une catastrophe analogue, donna d'utiles conseils ; on réunit toutes les gamelles et on en répartit le contenu en petites rations. Crescini raconte encore que les mineurs ont perdu la notion du temps. Ils se croyaient encore à dimanche.

Une dépêche Ultérieure de Cherry dit que les hommes que l'on vient do remonter croient qu'il y a encore cent cinquante survivants dons la galerie de l'Est. A deux heures et demie, les sauveteurs remontent et disent que l'incendie vient de leur barrer la route. Ils demandent des volontaires pour lutter contre l'incendie. Aussitôt une vingtaine d'hommes se sont présentés.

La nouvelle que des hommes ensevelis sont vivants s'est répandue comme une traînée de poudre. On accourt de toutes parts ; des femmes se pressent à l'entrée du puits qui est gardée par la milice. L'espoir renaît ; la femme d'un survivant, nommé Spogata, baise les pieds de ceux qui ont sauvé son mari ; ses enfants baisent les pieds des sauveteurs.

Un des sauveteurs a ramené un des survivants à la Surface ; sur le carreau, il dévisagea cet homme et reconnut son propre frère. Les hommes trouvés dans la galerie du Sud disent qu'ils ont vécu une partie du temps en mangeant la viande d'une mule qu'ils avaient tuée. Les sauveteurs annoncent que le nombre des sauvés est de soixante-dix-huit.

Le Gaulois – 21 novembre 1909


EN BREF

Heroïsme d'un mecanicien - Compiegne, 20 novembre — Un lourd convoi charbonnier a déraillé, dans la nuit de vendredi à samedi, vers deux heures du matin, entre Moyenneville et Estrées, sur la ligne de Compiègne à Amiens. Huit à dix wagons se trouvent renversés et forment un Imposant barrage que des équipes venues d'Amiens et de Compiègne s'évertuent à démolir pour la reprise de la circulation normale des trains. Une enquête est ouverte pour découvrir les causes de cet accident. Le garde-frein et le chef de train ont été contusionnés: Quant au mécanicien, surpris par le choc, il fut projeté contre la locomotive et malgré ses blessures, il bloqua le train, évitant ainsi un plus grand désastre. Le Matin – 21 novembre 1909

Un match de football dégénère en bagarre - Londres, 20 novembre — Une dépêche de New-York, que publient les journaux du soir, signale des incidents extraordinaires qui se sont produits à Ashville, dans la Caroline du nord, au cours d'un match de football entre deux équipes de Peaux-Rouges. Une discussion entre deux joueurs a dégénéré en pugilat entre les membres des deux équipes ; puis il s'en est suivi une bataille an règle à laquelle les spectateurs ont pris part. Finalement des coups de revolver se sont fait entendre et avant que l'ordre eût été rétabli, deux des joueurs étaient mortelle ment blessée et de nombreux autres belligérants avaient reçu des blessures plus ou moins graves. Le Matin – 21 novembre 1909

Accident de Caters à Varsovie - Berlin, 20 novembre - L'aviateur de Caters a eu hier un grave accident pendant un vol exécuté avec un biplan Voisin a Varsovie. Malgré le vent violent, l'aviateur réussit a s'élever de terre, mais à peine était-il monté a une hauteur de huit mètres environ qu'un violent coup de vent projeta à terre l'aéroplane qui fut complètement brisé. Le moteur a été réduit en morceaux. L'aviateur de Caters s'en est tiré avec quelques blessures de peu de gravité. Le Matin – 21 novembre 1909

Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Permalien [#]