CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

03 juin 10

Les actualités du 3 juin 1910

mai 1910 2 juin 1910   juin 1910   4 juin 1910 juillet 1910

L'aviateur Rolls accomplit l'aller-retour entre Calais et Douvres

Rolls traverse la manche

Douvres, 2 juin. Après plusieurs jours d'attente, Rolls vient de réussir la tentative audacieuse qu'il avait projetée : la traversée de la Manche, aller et retour. C'est une prouesse admirable et pourtant sans histoire, car elle s'est faite solitairement, sans fracas. Rolls s'est aventuré sur les flots sans qu'aucun navire l'escortât pour lui prêter secours, le cas échéant ; il s'est élevé sans prévenir personne, à l'heure qu'il jugea la plus favorable, risquant le tout pour le tout avec une résolution, un courage, une simplicité extraordinaires.

Déjà, quand M. Jacques de Lesseps, le 21 mai, réussit à traverser le détroit, Rolls se trouvait sur la côte anglaise, attendant l'heure propice. Il comptait alors s'adjuger le prix Ruinart. On sait de quelle manière J. de Lesseps lui dama le pion. Rolls n'en fut point découragé. Il décida de réaliser quand même son projet, de faire mieux encore s'il lui était possible, et cela tout bonnement pour l'amour de la difficulté à vaincre.

Ce soir, à six heures, il estima que le ciel était assez clair, la brise suffisamment calme pour qu'il lui fût possible de s'envoler en ne courant qu'un minimum de risques. A six heures et demie il s'élançait d'un point de la côte anglaise avoisinant Douvres. A sept heures il atteignait la côte française, au nord de Sangatte ; il longeait la falaise jusqu'au sémaphore des Baraques qu'il contournait à deux cents mètres environ de hauteur, et tout aussitôt, sans atterrir, il piquait vers Folkestone, puis, modifiant sa direction, se dirigeait nettement vers Douvres. A sept heures cinquante-trois, il y atterrissait sans accident. Son vol de retour avait duré quarante-deux minutes.

Dans la soirée, deux petits paquets contenant une enveloppe de toile entourée d'un ruban tricolore, et une rondelle de plomb percée de deux trous, étaient trouvés, l'un dans le jardin de M. Humbert, charron à Sangatte, l'autre derrière la mairie de cette même commune. Ils renfermaient chacun un papier portant ces mots : Compliments à l'Aéro-Club de France. Jeté d'un aéroplane en traversant d'Angleterre en France. Vive l'entente ! C. S. Rolls. Ils étaient adressés aux représentants de l'Aéro Club de France et de l'Aéro-Club d'Angleterre et furent remis à M. Henri Hénon, commissaire délégué de l'Aéro-Club de France à Calais. M. Hénon envoya sur-le-champ une dépêche de félicitations a l'aviateur anglais, tandis que MM, Ruinart, père et fils, décidaient de lui offrir une coupe de 2,000 francs.

Le Gaulois – 3 juin 1910


EN BREF

Le ministre de l'agriculture molesté - Lille, 2 Juin - M. Ruau, ministre de l'Agriculture, venant de visiter le concours national agricole, est arrivé à la gare de Lille, à onze heures et quart, le train ayant 20 minutes de retard. Après le lunch, M. Ruau s'est rendu au Concours agricole. Devant l'entrée principale de l'exposition, un incident s'est produit. Une femme qui se trouvait au premier rang du public se précipita dans la direction du ministre, en brandissant un parapluie et proférant des exclamations sans suite, dans lesquelles on crut cependant entendre ces mots : "Hein ! C'est bien lui le ministre !" Les agents de la sûreté, qui escortaient M. Ruau et sa suite, saisirent immédiatement cette femme, Mme Schuffart, dont le mari est géomètre, qu'ils portèrent plutôt qu'ils ne conduisirent au poste spécial de l'Exposition. Un commissaire voulut l'interroger, mais Mme Schuffart, qui se trouvait dans un état de surexcitation extrême, refusa de dire quel avait été son projet. C'est une malheureuse dont les facultés mentales sont dérangées. Elle a été rendue à sa famille dans la soirée. L'incident terminé, M. Ruau a longuement visité l'exposition. Il s'est particulièrement arrêté devant la section des animaux reproducteurs et a félicité les éleveurs du Nord de leurs efforts pour améliorer les races domestiques. Ruau a pris le train de 4 h. 25 pour Paris. Le Petit Journal – 3 juin 1910

us-1908 Expériences de bombardement par aéroplanes - New-York, 2 Juin. Le gouvernement des Etats-Unis va employer les aéroplanes non seulement comme éclaireurs, mais encore il va essayer de préciser si ces engins peuvent transporter des poids de 200 à 300 livres représentant des bombes, à des vitesses variant de 70 à 80 kilomètres à l'heure. Ces expériences auront lieu dans les environs de Chatanooga (Tennessee), Des cibles figurant des fortifications, des constructions, das ponts, des groupes d'hommes seront placées sur une superficie de trois kilomètres carrés. M. Charles Hamilton, un des aviateurs les mieux entraînée de l'Amérique, lancera 75 de ces pseudo-bombes du haut d'un biplan, tandis qu'un lieutenant du corps des éclaireurs opérera des reconnaissances. Le Petit Journal – 3 juin 1910

russie Une jeune fille massacre sa famille - Londres, 2 juin — Une tragédie horrible s'est passée dans le petit village de Zakharova. Une jeune fille de la localité, âgée de dix-sept ans, attaqua soudainement les membres de sa famille avec une hache. Elle tua d'abord d'un seul coup de son arme terrible son frère, un enfant de douze ans. D'un autre coup, elle brisa la colonne vertébrale de sa mère, à. laquelle elle coupa ensuite les deux bras. Puis tournant sa fureur contre, sa sœur cadette, elle coupa les deux mains de la malheureuse fillette. Son oncle et sa tante étant rentrés au milieu de cette scène de;carnage, elle assomma à demi son oncle d'un coup sur la tête, heureusement assez mal, appliqué, et blessa très grièvement sa tante à l'abdomen. Après son arrestation la meurtrière déclara qu'elle avait seulement voulu tuer son oncle qui lui reprochait souvent de se mal conduire. Les survivants sont dans un état désespéré. Le Matin – 3 juin 1910


Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire