CPA Scans

Collection de cartes postales anciennes numérisées en haute définition. Actualités d'époque. Histoires insolites.

14 déc. 10

Les actualité du 14 décembre 1910

Le croiseur edgar quinet par gros temps Un croiseur à la dérive

Naufrage

Brest, 13 Décembre - Ce matin, entre cinq et six heures, a éclaté un orage formidable ; les coups de tonnerre se succédaient sans interruption, la grêle tombait et le vent soufflait avec violence : la mer était démontée.

Au plus fort de l'orage, le croiseur cuirassé Edgar-Quinet, qui se trouvait en rade à l'abri, a cassé sa chaîne et s'est mis à dériver sous la tempête ; le navire, se trouvant dans une situation extrêmement critique, tira un coup de canon d'alarme, mais la détonation ne fut pas entendue, au milieu de l'orage.

Vers sept heures, le croiseur est venu s'échouer sur un fond de vase de cinq mètres de profondeur, a l'extrémité de la jetée Ouest, qui ferme le port de commerce. La marée était heureusement basse à ce moment, sinon le croiseur, qui se trouvait à quelques mètres de la jetée, se serait infailliblement jeté contre cette dernière.

L'Edgar-Quinet donnait de la bande ; les remorqueurs du port furent, envoyés immédiatement sur les lieux : le Titan, le Laborieux, le Hâleur, le Kerror et, à l'aide de leurs puissantes machines, arrivèrent à déhaler le croiseur, qui fut déséchoué à neuf heures et demie. Le préfet maritime de Marolles s'était rendu en canonnière sur les lieux et dirigeait les opérations de déséchouage.

Le capitaine de vaisseau Guépratte, commandant l'Edgar-Quinet, vient de transmettre au préfet maritime son rapport, dans lequel il déclare que le navire a très peu souffert de l'échouage, qui avait eu lieu seulement sur le bâbord du navire de sorte que le bâtiment a constamment flotté légèrement. La tempête a soufflé toute la journée avec la même intensité et, par suite de la direction des vents, il a été impossible de rentrer l'Edgar-Quinet dans l'arsenal.

Au moment de lui faire reprendre son corps mort, on s'est aperçu que le condenseur de la machine bâbord ne fonctionnait plus, par suite d'un forte entrée de vase. Le croiseur a dû alors être conduit en grande rade et amarré au corps mort du Condé. Dès que la tempête le permettra, l'Edgar-Quinet rentrera dans l'arsenal et passera au bassin. Ce navire devait quitter Brest le 3 janvier pour Toulon ; il est probable que cette date sera retardée.

Le Petit Journal – 14 décembre 1910


EN BREF

Politique

allemagne

Tumulte au Reichstag - Berlin, 13 décembre. Un scandale d'une gravité inusitée a éclaté à la fin de la séance du Reichstag. Répondant à des attaques de plusieurs députés, socialistes, qui, à propos des désordres de Moabit, avaient accusé le chancelier d'avoir, dans ses explications du 10 août dernier, empiété sur les attributions des juges, le chancelier a répondu: ''Après que les leaders socialistes eurent déclaré que les désordres de Moabit devaient être attribués pour les neuf dixièmes à des agents policiers provocateurs, j'avais le devoir de parler de l'affaire afin de défendre la police contre ces accusations. Cela n'a aucun rapport avec le procès en cours. Il importe peu d'ailleurs que les personnes poursuivies pour l'affaire de Moabit soient condamnées ou acquittées. La complicité morale des socialistes dans les incidents de Moabit n'en subsiste pas moins.'' Ces paroles ont déchaîné un grand tumulte. Le député socialiste Kuhnert crie ''Vous en avez menti !'' Le président rappelle M. Kuhnert à l'ordre. Les socialistes se livrent à des interruptions constantes. Le député socialiste s'écrie:''C'est de l'impudence''. Il est frappé d'un rappel à l'ordre. Le chancelier continue: ''Le public est fixé sur cette complicité morale et ce jugement est si ferme et si assuré qu'il ne saurait être modifié en quoi que ce soit, ni par des artifices dialectiques, ni par les dépositions de témoins concernant les méprises isolées de quelques agents de police et les victimes innocentes, pas plus que par les interruptions que l'on vient de me jeter a la tête.'' Le socialiste Ledebour proteste: ''Ce sont des assertions absolument dénuées de preuve. C'est de l'effronterie''. Le président rappelle le socialiste Ledebour à l'ordre. L'agitation continue pendant que les partis bourgeois renouvellent les applaudissements qui avaient suivi les dernières paroles du chancelier de l'Empire. Le Figaro – 14 décembre 1910

Espagne

Les inondations en Espagne - Cerbère, 13 décembre. Les inondations continuent dans les provinces de Malaga et de Léon. A Izate, près de Malaga, les eaux ont provoqué l'effondrement d'une maison. Toute une famille a été ensevelie sous les décombres. On a retiré les cadavres de la mère et des deux fils. Le père et un fils ont été extraits dans un état lamentable. Sur mer la tempête sévit avec violence. On signale plusieurs désastres sur les côtes. Le vapeur Virgen-del-Carmen fait naufrage près de Tarragone. Une barque de pêche a chaviré à Ibiza. Les équipages ont pu être sauvés. Les vapeurs Mercurio et Juanito, du port de la Corogne, out fait naufrage sur les côtes de Portugal; on ignore le sort des équipages. Le Figaro – 14 décembre 1910


Posté par Ichtos à 15:30 - A la une de la presse il y a 1 siècle - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires

Poster un commentaire